Trois corps gisant dans un bain de sang retrouvés tôt ce vendredi matin. La scène s'est déroulée sur Doublé-Kangaleri, sur la route nationale N°1 Maroua-Kousseri, dans l'Extrême Nord Cameroun.

Ces hommes étaient tous les trois des voyageurs partis de Kousseri pour Maroua, la capitale régionale de l'Extrême-Nord Cameroun, frontière avec le Nigéria et le Tchad.

Les trois voyageurs occupaient un véhicule de marque Dina. Des témoins rencontrés ce vendredi matin à Doublé par le reporter de Blasting News racontent que: "Jeudi soir, au cours de leur voyage, les trois hommes sont tombés dans une embuscade des combattants de la secte djihadiste Boko Haram".

Publicité
Publicité

Les mêmes sources ont affirmé que: "Ces trois voyageurs ont été égorgés aux environs de 17h, sur le tronçon Doublé-Kangaleri, et plus précisément sur la nationale n°1 Maroua-Kousseri. Leur véhicule de marque Dina a été emporté par les combattants de Boko Haram qui ont fui en direction du village Homaka au Nigeria, situé à cinq kilomètres du lieu de l'incident".

Jusqu'à 13 heures, temps universel, ce vendredi matin, les éléments des forces armées camerounaises n'avaient pas encore réussi à récupérer le véhicule arraché et localisé.

Les combattants de Boko Haram, battant en retraite du coté du Nigeria, tentent d'imposer une résistance farouche aux forces de la coalition composée du Tchad, du Nigéria et du Cameroun.

Mercredi matin, une source avait indiqué au reporter de Blasting News "qu'une femme, membre de Boko Haram, avait été interpellée dans la matinée à Maroua par des éléments du Bataillon d'Intervention Rapide (Bir), après une longue traque".

Publicité

Depuis quelques jours, la secte Boko Haram a repris des attaques disséminées sur le territoire camerounais, dans la zone septentrionale du pays.

Pour venir à bout de la secte terroriste qui sème la terreur dans la sous-région de l'Afrique Centrale et de l'Ouest, le président tchadien Idriss Deby Itno a décidé d'envoyer un contingent des forces armées tchadiennes pour venir en appui aux forces armées camerounaises qui "font face avec courage, détermination et vaillance reconnus de tous aux attaques répétées de la secte terroriste Boko haram", a précisé le communiqué.