Au pays du président Paul Biya, les journalistes sont considérés comme des enfants prétérités du régime de Yaoundé. Les hommes et femmes des médias prêtent le flanc à toutes sortes d'injustices et menaces émanant de certains gibiers de potence qui se recrutent dans la haute sphère du gouvernement.

Le cas patent étant celui de Flash Ndiomo, journaliste d'investigations et directeur de publication de l'hebdomadaire Le Zénith. Ndiomo est détenu depuis plus de trois mois à la prison centrale de Yaoundé. Le journaliste est poursuivi par Urbain Noel Ebang Mvé, le secrétaire général du ministère camerounais des finances. Le plaignant qui a brillé une fois de plus par sa défection du prétoire, alors que s'ouvraient les débats le 22 janvier 2015, accuse le journaliste de : « tentative d'escroquerie, menaces sous conditions, diffamation et dénonciations calomnieuses ».

Publicité
Publicité

Le journaliste a battu en brèche toutes ces accusations contre lui en démontrant à fort renfort de preuves qu'elles n'étaient pas vraies.

C'est donc le courage de ce journaliste, à dénoncer de but en blanc les agents de la déliquescence économique du pays, qui lui a valu, le 19 janvier dernier, la Palme d'or de bravoure journalistique de la Ligue Nationale de Défense des droits des Personnes Défavorisées (Linadef).

En remettant la « Palme d'Or » à Hermine Ndiomo, l'épouse du journaliste détenu, Mbog Mbog Matip, le président de la LINADEF, a déclaré que « les forces du mal et de l'argent ont mis en prison un journaliste utile pour le peuple en souffrance ». Le prix était accompagné de la photo d'une petite fille larmoyante, symbole de la souffrance des journalistes camerounais.

La cérémonie, initiée par la Ligue Nationale de Défense des droits des Personnes Défavorisées, s'est voulue un moment d'échanges entre les hommes et femmes des médias en vue de l'amélioration des conditions d'exercice de leur profession au #Cameroun.

Une pétition de 500 signatures des journalistes, pour exiger la libération de Flash Zacharie Ndiomo, a été adressée au Président de la République du Cameroun.

Publicité

#Journalisme