Le cas de l'imam Hamza Chaoui a été très médiatisé au Québec. Il est l'un des rares qui prêchent une pratique radicalisée de l'#Islam dans la Belle province. Établi dans la Ville de Montréal, il avait débuté des démarches pour ouvrir un centre communautaire à l'intérieur duquel il aurait partagé sa vision du Coran. Les politiciens de la ville en ont décidé autrement. L'imam se verra refuser le droit d'avoir un centre.

Le maire de l'arrondissement où aurait été situé le centre de l'imam a décidé qu'il ne voulait pas que l'enseignement religieux fasse partie de la définition d'un centre communautaire dans sa municipalité.

Publicité
Publicité

Le conseil municipal changera sa politique. Le maire de Montréal, Denis Coderre, a qualifié l'imam « d'agent de radicalisation et d'activiste des tensions sociales ».

Le Québec est une société basée sur le respect des droits individuels et des religions de tous. La radicalisation n'a jamais été une valeur des Canadiens.

L'imam Hamza Chaoui a souvent exprimé des propos homophobes et sexistes ouvertement sur la place publique. Pour lui, « l'islam et la démocratie sont deux choses complètement incompatibles ».

Dans une société d'égalité des droits, il est inconcevable qu'un centre communautaire devienne un lieu où l'on prêche la soumission de la femme envers son mari, où l'on demande aux hommes de porter la barbe, où la musique est interdite et où la pratique de sa religion ne peut être compatible à la démocratie.

Publicité

Un centre communautaire se définit par son accessibilité à tous les habitants d'un quartier donné.

Le maire de Montréal a dit que « la décision pouvait être contestée en cour par l'imam Chaoui. Mais, que le dossier de la ville était basé sur du béton ». D'ailleurs avec la nouvelle loi passée par le premier ministre canadien Stephen Harper, on peut croire que les politiciens fédéraux soutiendront le maire de Montréal.

Le Québec est une société de droits et d'égalité. La décision de la Ville vient appuyer ce fait. Comme les autorités l'ont indiqué, personne n'empêche l'imam de prêcher, mais il pourra le faire dans un endroit qui est destiné à la religion, c'est-à-dire une mosquée !