#Barack Obama en est à la septième année de sa présidence et le 20 janvier dernier, il s'est adressé à la nation américaine dans le cadre de son sixième discours sur l'état de l'Union qui présente le programme de la Maison Blanche pour la prochaine année. Barack Obama fait face à beaucoup d'adversité au Congrès en raison de la majorité républicaine, mais il les a tout de même défiés avec des mesures qui privilégieront la classe moyenne.

Il a fait un discours axé vers l'avenir. « Nous sommes depuis 15 ans dans le nouveau siècle. Nous avons passé à travers une attaque terroriste, une récession violente, mais maintenant nous tournons la page », a-t-il dit en introduction.

Publicité
Publicité

Parmi les points à souligner, le président Obama a annoncé une hausse d'impôts de 320 millions pour les plus riches et les banques. Il a mentionné « qu'il faut augmenter la pression fiscale sur les personnes les mieux nanties afin que la prospérité économique des dernières années profite à tout le monde. » Les représentants républicains seront fortement en désaccord avec cette mesure qui risque de devenir un enjeu de la campagne présidentielle en 2016.

Depuis la prise en charge de la présidence par Obama, le taux de chômage aux États-Unis est en baisse. Et la croissance du pays est au plus haut depuis six ans. Il veut que cette richesse soit partagée par toute la population.

Le représentant du clan républicain, Mitch McConnell a dit être déçu des propositions d'Obama. « Les Américains ne veulent des propositions populistes qui sont écrites pour ne jamais devenir des lois », a-t-il commenté.

Publicité

Le ton est lancé pour des échanges vigoureux au Congrès américain cette année.

Parmi les autres points à l'ordre du jour, le président Obama a mentionné quelques mesures intéressantes. Il veut rendre plus facile l'accès à la propriété pour les Américains de la classe moyenne, améliorer l'accès à l'Internet à haute vitesse et offrir la gratuité, sous certaines conditions, des formations données dans les collèges communautaires. Il reste à voir si ces souhaits deviendront réalité car l'opposition sera forte au cours des prochains mois pour Barack Obama. #Etats-Unis