Le Diario Las Americas a-t-il pris ses désirs pour la réalité ? Au point de commettre une grossière erreur de date ? C’est cet hebdomadaire basé à Miami, aux Etats-Unis, et qui s’adresse à la communauté hispanique locale, qui a relancé les spéculations sur l’état de santé de Fidel Castro. Le journal a annoncé que toute la presse nationale et internationale avait été invitée à Cuba pour une conférence de presse. Immédiatement, les journalistes du Diario en ont déduit que Fidel Castro était décédé et que la conférence de presse allait servir à l’annoncer.

Seul problème, aucun élément ne permettait de faire le lien entre la conférence de presse, confirmée par plusieurs sources, et le décès de Castro.

Publicité
Publicité

Sur son propre site internet, le Diario Las Americas écrit même : « Diario Las Américas, qui a publié l’information sur cette convocation, a eu confirmation de cet événement par plusieurs sources, dont une internet au centre de presse de Cuba, qui a été consultée par notre correspondant. Au centre, on a confirmé que, en effet, les médias avaient été convoqués, sans pour autant indiquer la raison ».

Dans un second article également publié sur le site du Diario, qui fait un lien vers le premier papier, l’hebdomadaire attaque par : « Le gouvernement cubain a démenti ce matin la convocation de la presse internationale et nationale au centre de presse international, information donnée par différents médias, dont le Diario Las Americas. »

Puis l’auteur cite le démenti qui a transité par l’AFP : « Cela est faux.

Publicité

Nous n’avons convoqué aucune conférence de presse. Nous annonçons toujours nos événements de la même manière [par un courrier électronique envoyé aux médias] et rien n’a été envoyé cette fois. » Les rédacteurs de l’article continuent et commencent leur phrase par « sin embargo », « cependant », une manière d’assurer que l’information leur a bien été donnée. Tout en redisant que « la nature de cette conférence n’avait pas été précisé ».

Castro invisible depuis des mois

En plus de faire des raccourcis qui se révèlent pour le moins hâtifs, le Diario a entretenu le flou d’une étrange manière. En effet, les deux articles sont tous les deux datés du 11 janvier 2015... Hors, ils ont été publiés cette semaine, c’est-à-dire bien avant le 11 janvier ! Difficile de s’y retrouver, surtout que l’on ne peut pas totalement exclure le fait que le régime de Cuba cherche à dissimuler des informations. Malgré « l’ouverture » annoncée avec les Etats-Unis, le régime reste sous contrôle. Mais le fait que le Diario Las Américas soit basé à Miami, où se trouvent de nombreux opposants à Castro, peut aussi accréditer l’idée d’un article « téléguidé » par ces groupes.

Reste quand même une certitude : Fidel Castro n’a effectivement plus fait d’apparition publique à Cuba depuis de nombreux mois. Sur Twitter, un internaute présenté comme « proche de Castro » a écrit le 9 janvier (encore une date surprenante...) : « A tous ceux qui me demandent pour #FidelCastro, je peux seulement leur dire qu’il va très bien et qu’il continue à travailler ». Il ne resterait donc qu’une solution : et si l’article du Diario était « prémonitoire » ? Rendez-vous demain, dimanche 11 janvier, pour connaître le fin mot de l’histoire.

Publicité