Une délégation d'ambassadeurs du Conseil de sécurité des Nations-Unies a visité #Haïti au cours de la dernière semaine. Pendant leur séjour de deux jours destiné à vérifier l'état des lieux, ils ont demandé au président Michel Martelly de procéder à des élections rapidement lors d'une conférence de presse à Port-au-Prince. Cette visite suit de quelques jours l'anniversaire du tremblement de terre qui a détruit l'Île.

Parmi les représentants qui se sont exprimés publiquement, l'ambassadeur chilien, Cristian Barros Melet, a indiqué que « les politiciens haïtiens doivent coopérer afin de produire des élections crédibles et transparentes dans un avenir rapproché. »

De son côté, l'ambassadrice américaine, Samantha Power, a souligné au président Martelly sa déception de ne pas pouvoir trouver un compromis pour éviter le départ du parlement.

Publicité
Publicité

Son commentaire pèse lourd pour Haïti dont le plus important donateur en aide humanitaire est les États-Unis. Elle a indiqué aux dirigeants haïtiens de « faire de leur mieux pour trouver une solution à la crise politique. »

Le président Martelly a répondu en indiquant sa ferme intention de poursuivre le dialogue en cours avec avec tous les acteurs nationaux. « Ce dialogue créera un environnement favorable pour tenir des élections démocratiques, inclusives et libres », disait-il.

Au cours de son séjour, les membres de la mission de l'ONU ont rencontré plusieurs personnalités civiles et les leaders des parti politique de l'opposition. De plus, ils sont allés à Cap Haïtien, la deuxième ville en importance sur l'île pour y vérifier la situation réelle.

En attente d'élections depuis trois ans, la grogne se fait sentir au sein de la population.

Publicité

Le mois dernier, le premier ministre Laurent Lamothe avait été dans l'obligation de démissionner. De fait, le président Martelly demeure le seul dirigeant élu en poste.

Sur place, le Conseil a évalué la situation et a décidé d'étirer son mandat humanitaire d'un an, mais il a diminué la quantité de soldats sur les lieux. Il semble que le petit pays des Caraïbes n'est pas sorti de ses problèmes encore et la tenue d'éléctions est essentielle à court terme pour sortir de sa tourmente. #Élections