#Haïti, ce pays au sort toujours tragique depuis plus de 200 ans. En cet anniversaire de la dernière catastrophe subie, on peut se poser la question suivante: pourquoi depuis, l'auto-proclamation de son indépendance en 1804, ce petit pays de la Caraïbe, surnommé à l'époque «la perle des Caraïbes» subit-il toujours la violence et les problèmes qui en découlent? 

Le pays a perdu une bonne partie de ses terres arables, les collines déboisées pour faire du charbon de bois sont ravinées, son agriculture ne représente plus que 30% de celle de l'époque faste, il n'y a plus de poissons, tout a été pêché .

Les trafiquants Colombiens ont trouvé un relai dont ils avaient besoin entre eux et les Etats-Unis.

Publicité
Publicité

La drogue accentue les violences qui sont déjà importantes. Les Haïtiens tentent d'émigrer mais sont mal vus dans tous les pays alentours, qui les renvoient chez eux. 

Le pays survit grâce à l'aide internationale.

La violence mère de tous les maux, qui empêche toujours de trouver une solution durable, cessera-t-elle un jour?

Revenir en arrière, pour essayer de comprendre 

Découverte par Christophe Colomb en 1492, plus de 1 300 000 indiens Arawak et Caraïbes y vivaient, 20 ans après, 60 000 étaient toujours en vie. Les autres ont été tués par les colons ou sont morts de maladies contractées auprès des blancs.  

Le premier contingent de 15 000 esclaves venant d'Afrique, sera autorisé au 16eme siècle. Ce sera le début d'un commerce fructueux, celui de « l'or noir » qui enrichira bon nombre d'armateurs Nantais... Un commerce triangulaire se met en place, les navires transportent les esclaves venant d'Afrique, repartent chargés de sucre ou de café en direction de la France. 

Les sols fertilss permettent alors à l'ile de devenir un gros producteur de sucre, jusqu'à plus de 50% de la production mondiale! Le café tient une bonne place ainsi que l'indigo et le tabac.

Publicité

L'ile est prospère, mais ne peut commercer qu'avec la France. Il y a bien un peu de contrebande , mais limitée. 

Plus de 30 000 esclaves par an renforcent la main-d'œuvre nécessaire aux plantations, propriétés des Européens ou des mulâtres. La population de la colonie atteindra 500 000 habitants en 1790 dont 440 000 esclaves. Cette croissance se poursuivra jusqu'au milieu du 18ème siècle.

Les troubles commenceront à devenir plus graves, pour culminer à la fin du siècle, coïncidant avec la Révolution française et ses suites. Celle-ci n'est surement pas étrangère et influencera les évènements en Haïti. 

L'indépendance 

Après de sanglants combats et des renversements d'alliance constants, la France perd le contrôle de l'ile, l'indépendance sera autoproclamée en janvier 1804. La majorité des Français ont fui, seuls 5000 Créoles sont restés. Ils seront tous massacrés sauvagement en dépit des promesses faites. Ce fut une énorme erreur très lourde de conséquences.

Vingt cinq ans plus tard la France acceptera, à la condition expresse de l'indemnisation des colons ayant perdu leurs terres, de reconnaitre l'indépendance de Port-au-Prince. Suite à de multiples tractations, Haïti finira par payer 90 millions de francs-or. Le pays s'endettera lourdement pour payer et obtenir enfin une reconnaissance internationale. L'économie Haïtienne sera lourdement pénalisée par cette dette, dont l'emprunt ne sera soldé qu'en 1952! 

Les tensions violentes entre les différentes composantes de la population ne cesseront jamais, allant jusqu'à l'occupation du pays par les Etats-Unis entre 1915 et 1934 suite à l'assassinat du président haïtien. Duvalier père et fils, finalement seront aussi violents. L'économie moribonde ne s'en relèvera pas. Tous ces troubles finiront par asphyxier le secteur touristique, seule rentrée d'argent restante, même le Club Med fermera définitivement.

La reconstruction du pays amènera-t-elle celle des esprits ?

Il n'est pas sûr que les vieux démons ne réapparaissent très vite, les Haïtiens qui, hors du pays, apparaissent comme des êtres timides et doux, peuvent se transfigurer une fois chez eux.

Publicité

Est ce le Vaudou, toujours bien présent ? Qui sait...dommage!