« Je suis Charlie ». C'est avec ces mots que George Clooney, récompensé pour l'ensemble de sa carrière samedi soir à l'occasion de la cérémonie des Golden Globes, a terminé son discours. Des mots français également portés en slogan sur un badge épinglé au revers de sa veste, ou affichés par d'autres stars d'Hollywood à leur arrivée sur le tapis rouge. L'acteur américain a rappelé les tragiques événements qui se sont déroulés en France la semaine dernière et mentionné la manifestation historique qui a mobilisé près de 4 millions de citoyens français à travers tout le pays : « Ils ont marché pour montrer qu'ils n'ont pas peur ». De son côté, Theo Kingma, le président de la Hollywood Foreign Press Association, organisatrice des Golden Globes, a quant à lui déclaré que « en tant que journalistes du monde entier, nous mesurons l'importance de la liberté d'expression artistique".

Publicité
Publicité

« Mon cœur est avec tout le monde à Paris et tous ceux qui sont victimes de la violence », s'est aussi exprimé Amy Adams, Golden Globe de la meilleure actrice dans une comédie.

Parmi les millions de personnes qui ont participé à la marche républicaine du 11 janvier 2015 en France, quarante-quatre chefs d'Etat et de gouvernement avaient accepté l'invitation de François Hollande pour prendre part au cortège à Paris. Mais le président des Etats-Unis #Barack Obama était absent. Une absence remarquée et très critiquée outre Atlantique. « C'est très embarrassant. Où est Obama ? », pouvait-on lire sur Twitter. « Tu as laissé tomber le monde » titrait le New York Daily News. Les Américains lui ont reproché de ne pas avoir envoyé le vice-président Joe Biden ou le secrétaire d'Etat John Kerry pour représenter leur pays.

Publicité

C'est finalement l'ambassadrice des Etats-Unis en France, Jane Hartley, qui était présente. Pourtant Eric Holder, procureur général des Etats-Unis, était à Paris. Certains ont néanmoins nuancé en soulignant que la participation du président américain aurait imposé un dispositif de sécurité impossible à mettre en place en si peu de temps et dans le cadre d'une telle manifestation publique. « La relation avec la France ne tient pas à un moment ou à un jour particulier », a précisé Obama. Il a annoncé qu'il se déplacerait cette semaine à Paris pour exprimer la solidarité des Etats-Unis. #Charlie Hebdo