Pour célébrer la fin de l’année 2014, plusieurs chefs d’état africains ont souhaité leurs meilleurs  vœux aux populations de leur pays sur les chaînes nationales. Dans une vidéo, Jeune #Afrique a résumé les discours d'Ali Bongo Ondimba, de Joseph Kabila, d'Alassane Ouattara, de Denis Sassou Nguesso, de Macky Sall et d'Ibrahim Boubacar Keïta.

Après le « Cher compatriotes » de rigueur, les dirigeants dressent un bilan de l’année écoulée, avançant que leur pays passe par une phase de croissance positive. Jeune Afrique fait alterner des bribes de vœux des différents chefs d’états pour créer un discours cohérent, presque unitaire.

Publicité
Publicité

Par un jeu de miroir, la logorrhée se poursuit sur quatre minutes.

En 2010, Alassane Ouattara est devenu président de la Côte-d’Ivoire en envoyant son prédécesseur Laurent Gagbo en prison. Dans ses vœux, il affirme que son pays a retrouvé la paix et que la croissance annuelle de la Côte-d’Ivoire est d’environ 9%.

En remportant les élections présidentielles du Sénégal, Macky Sall a démis son mentor, l’ancien président Abdoulaye Wade. Son arrivée au pouvoir a essuyé la controverse d’une visite au président français de l’époque, Nicolas Sarkozy. Dans la vidéo, Macky Sall déclare que les performances économiques du Sénégal se sont améliorées.

Ancien militaire, Denis Sassou Nguesso a été président de la république du Congo de 1979 à 1992. En 1997, il reprend le pouvoir par les armes, en renversant le président Pascal Lissouba.

Publicité

Pour l’arrivée de 2015, il affirme que le « Congo a fait des pas supplémentaires sur le chemin de son développement. »

Joseph Kabila est président de la République Démocratique du Congo (RDC) depuis 2001, date à laquelle a été assassiné son prédécesseur, son père Laurent-Désiré Kabila. Kabila affirme qu’en 2015 seront organisées des élections locales, municipales et provinciales.

Ses opposants ont décrit son investiture comme un coup d’état. Devenu président de la république du Gabon en 2009, Ali Bongo Ondimba explique : « J’ai été, je suis et resterai un homme de dialogue et d’ouverture. »

Ibrahim Boubacar Keïta, président de la République du Mali depuis 2013, appelle ses concitoyens à être solidaire. « Il n’y a pas de place pour les querelles politiciennes et le déchirement. (…) l’épidémie d’Ebola a été retenue (…) mais beaucoup reste à faire. (…) Nous sommes un pays pauvre.»

Après avoir dressé ce bilan, les chefs d’état ont souhaité une bonne et joyeuse année à tous.

Espérons que le futur leur donnera raison.