Les groupes extrémistes ont plusieurs moyens pour communiquer entre eux. Les réseaux sociaux sont énormément utilisés pour transmettre des messages haineux ou de la propagande. Le groupe Twitter avait une politique très permissive dans le passé, mais maintenant, la ligne dure s'appliquera envers les utilisateurs! Le 28 janvier dernier, un expert, J. M. Berger, transmettait ses conclusions au Congrès américain sur les dangers des médias sociaux.

Il affirme que "plus de 800 comptes confirmés d'utilisateurs liés à l'État islamique ont été fermés par Twitter l'automne dernier". Selon lui, ce n'est que la pointe de l'iceberg.

Publicité
Publicité

Plus de 18.000 utilisateurs ont vu leur compte être suspendu pendant cette même période pour des raisons de sécurité.

Lors de son témoignage, il a expliqué aux représentants du Congrès que "les comptes les plus viraux et les plus actifs étaient ceux ciblés principalement". Cette stratégie permet de contrer les tactiques de communication de l'État islamique. Pour lui, les comptes moins actifs permettent de fournir des informations aux services de renseignements occidentaux.

Le chercheur travaille en ce moment sur une étude financée par Google Ideas au sujet des stratégies de communication des groupes extrémistes sur Twitter. "L'entreprise était très ouverte dans sa politique au début, mais juste avant la publication de la vidéo de la décapitation du journaliste américain Alex Foley, ils ont durci leur ligne de conduite", a-t-il expliqué aux membres du Congrès.

Publicité

Le chercheur spécialisé dans les médias sociaux a jusqu'ici comptabilisé plus de 45.000 comptes en relation avec l'État islamique.

Pour arrêter la propagande sur Internet, la France a de son côté mis le site stop-djihadisme en ligne mercredi dernier afin de lutter contre cette plaie et proposer des pistes de solution à la radicalisation. Les réseaux sociaux sont une mer dans laquelle il est difficile de contrôler le contenu. C'est là toute leur beauté et leur côté obscur lorsqu'ils sont utilisés pour de mauvaises fins. #Terrorisme