Lors d'une sortie publique à Delta, en Colombie-Britannique, à peine 48 heures après les événements meurtriers survenus à Paris, le premier ministre Harper a affirmé que le mouvement djihadiste international venait de déclarer la guerre à tous ceux qui ne partagent son opinion et aux pays où l'ouverture est une valeur fondamentale.

« Le Canada et ses alliés ne seront pas intimidés, et nous continuerons de faire front commun contre les terroristes qui voudraient menacer la paix, la liberté et la démocratie auxquelles tiennent nos pays. Les Canadiens sont solidaires de la France », ajoutait-il.

Les événements survenus dans les locaux du journal satirique français a certainement eu un fort écho au Canada.

Publicité
Publicité

En effet, les attaques terroristes survenus en octobre dernier sur la colline parlementaire à Ottawa sont toujours très présents dans la mémoire collective des Canadiens. Le premier ministre Stephen Harper a mentionné que cet acte barbare, combiné aux attaques perpétrées à Sydney, à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa, nous rappelle cruellement qu'aucun pays n'est à l'abri des attaques terroristes que nous avons vues ailleurs dans le monde.

Pour le premier ministre canadien, les démonstrations de solidarité qui ont eu lieu à travers le monde démontre que les populations ne se laisseront pas intimider par la menace djihadiste. « Les assaillants ont porté atteinte à la démocratie partout dans le monde », affirmait-il.

En ce sens, le Canada prévoit prendre des mesures sans toucher aux droits de ses citoyens.

Publicité

« Nous voulons nous assurer d'obtenir un équilibre, de protéger les droits des Canadiens et aussi leur sécurité », a-t-il dit en mentionnant que son gouvernement prévoit des propositions législatives additionnelles dans la nouvelle session parlementaire.

Il dit vouloir accorder plus de pouvoir aux agences de sécurité canadiennes pour détenir une personne si c'est jugé nécessaire. Cependant, il faut se questionner si ces mesures additionnelles ne viendront pas à l'encontre des droits et des libertés individuelles des citoyens afin de ne pas tomber dans l'excès. #Charlie Hebdo