Anton Silouanov, ministre des Finances en #Russie, a fait valoir ce mercredi 24 décembre la solvabilité russe. Confrontée à une crise financière sans précédent, la Russie défend sa solvabilité, le ministre avançant la disponibilité de réserves. Une crise monétaire qui alerte l'agence de cotation Standard & Poor's envisageant de retrancher dans une classe spéculative la note rattachée à la dette.

Une question se pose, le pays a-t-il la possibilité de rembourser ses gages dans une atmosphère où le baril de pétrole a chuté aux alentours des 60 dollars ? Une dette étrangère, qui, selon le ministre des Finances, serait renflouée par des réserves importantes de devises mais aussi d'or.

La plupart des revenus financiers de la Russie sont constitués par l'or noir et le gaz. Il aurait été dévalué à 50 % de sa cote dès cet été. Le remboursement des prêts affectés sur la dette étrangère est en outre renchéri par la descente du rouble avec -40 % au début de cette année 2014. La note de solvabilité de la Russie est donc passée à « BBB- » par placement de Standard & Poor's, sous observation négative. Une diminution d'un degré autoriserait à positionner la note dans la classe « placements spéculatifs ». Une dépréciation qui risquerait de mettre à distance quelques investisseurs pour sa dette, à l'instant où la pénétration des marchés est de plus compliquée à travers certaines sanctions occidentales.
L'agence de cotation américaine remarque « une détérioration accélérée de la flexibilité budgétaire russe », en constatant la régression du rouble et des « incidences de sa langueur » économique, dans sa structure financière. Mr Silouanov a exposé que « la clarification de l'état économique » aurait été confié à des agences. Nous confions à leur attention sur le fait « des vagues de pression que nous avons subies sur les marchés boursiers et l'augmentation du coût des emprunts dans le système interbancaire. Cependant il était question d'un phénomène subit et les répercussions vont en s'atténuants », a expliqué le ministre des Finances russe.

A la suite d'un effondrement, le rouble s'est rehaussé à son niveau le plus haut sur deux semaines. Malgré son recul après la publication de S&P. L'euro s'échangeait à 13h50 (GMT) pour 67 roubles moyennant 66 roubles le soir du mardi - le dollar pour 54,7 roubles moyennant 54,5 roubles. #Investissement

En défaut de paiement en 1998, la Russie est maintenant mieux préparée, avec un équilibre des budgets au cours des années passées. Mais également des réserves importantes de devises grâce à dix années de hausse des prix du pétrole plus une dette étrangère de -15 % de son PIB.