Le Premier ministre du Canada, Stephen Harper, promettait depuis longtemps un resserrement des règles afin de mieux contrôler les terroristes. Le 30 janvier dernier, à Richmond Hill, dans la province de l'Ontario, il a présenté une nouvelle loi anti-#Terrorisme. Le gouvernement conservateur croit que les nouvelles règles donneront plus de pouvoir aux services de sécurité afin d'agir plus rapidement.

Par le dépôt de cette législation à la Chambre des Communes, Stephen Harper espère atteindre quatre objectifs. D'abord, il veut contrecarrer les projets d'attentats. Ensuite, contrer les personnes qui font la promotion du terrorisme.

Publicité
Publicité

De plus, il veut perturber les activités de recrutement des groupes extrémistes au Canada et empêcher leurs sympathisants de voyager à l'étranger.

"Les Canadiens sont visés par ces groupes pour aucune autre raison que nous sommes Canadiens. Ils veulent nous faire mal et haïssent notre société et les valeurs qu'elle représente", a-t-il déclaré.

Le projet de loi donnera des pouvoirs accrus au Service de renseignements canadien (SRC). Ce pouvoir veut dire que concrètement, le SRC pourra saisir ou rendre inutilisables des équipements soupçonnés d'être utilisés pour une attaque, annuler des billets d'avion pour un individu qui va potentiellement rejoindre un groupe terroriste. Finalement, une personne disant que le Canada devrait être la cible de terroristes pourrait être arrêtée.

De plus, le seul doute qu'une personne procède à des activités terroristes sera suffisant pour détenir un individu.

Publicité

La détention préventive passera de trois à sept jours. Avant, les personnes étaient libérées à moins qu'il y ait un doute que l'acte sera commis. Maintenant, seul le fait de croire que l'acte peut être commis est suffisant. Ainsi, la loi soumise par le Premier ministre Harper va changer le Code criminel du pays et ses règles quant à la communication des informations sur Internet.

Alors, on peut se demander s'il sera possible de questionner ouvertement les actions contre le terrorisme au Canada. Ceux qui le feront, appuieront-ils le terrorisme? C'est la question que tous se posent. Où sera posée la ligne?