Le bilan de l'année 2014 est très lourd de conséquences. Une leçon s'impose: secourir son prochain n'est pas toujours considéré comme une bonne action.

Un célèbre médecin gynécologique se voit être l'objet des tracasseries judiciaires au Congo, sa patrie, et empêché d'exercer sa spécialisation auprès des femmes victimes de violences sexuelles faute de moyens financiers. Le Docteur Denis Mukwege, lauréat du Prix Sakharov 2014 décerné par le parlement européen en récompense pour ses travaux en faveur des femmes violées,  pressentit de multiples fois pour recevoir le Prix Nobel de la Paix,  s'est vu dessaisir des comptes bancaires de l'hôpital ou il exerce et dont il est le Directeur.

Publicité
Publicité

Pieds et poings liés dans la gestion de l'Etablissement, il ne peut agir librement et n'effectuer aucun retrait.

Pourquoi ce harcèlement auprès d'un homme si prestigieux, dont l'éloge n'est plus à faire? Simplement parce que ce dernier à eu l'audace, fort de sa renommée mondiale, d'interpeller le gouvernement de son pays en ces termes : "il faut soigner la RDC, victime de l'insécurité et de la mauvaise gouvernance."

Est-ce qu'un Etat démocratique ne peut pas être interpellé lorsqu'il part à la dérive? Il faut penser que oui, devant une telle manipulation arbitraire et illogique.

C'est pourquoi, un appel à la une mobilisation générale en faveur de celui qui a pris le parti des femmes maltraitées, violées, laissées pour compte a été lancé. Le 2 Janvier 2015, une levée de boucliers a vu le jour, insistant auprès de qui de droit pour l'obtention du  déblocage des comptes de l'Hôpital afin d'assurer le bon fonctionnement de ce dernier.

Publicité



C'est par le biais d'une ONG du Sud-Kivu (est de la RDC) qu'une mobilisation s'est  faite de part le monde afin de faire fléchir le Congo et sa justice dans cette action plus qu'arbitraire, et anti-démocratique.

N'est-il pas dit : fais aux autres, à tes semblables, ce que tu voudrais qu'il te soit fait? Un peu de réflexion, de jugeote et d'humanité devraient faire la différence.