Le président mexicain Enrique Peña Nieto démontre qu'il n'apprend pas de ses erreurs. Le Wall Street Journal a mis en lumière une deuxième situation où les achats en biens immobiliers du leader mexicain sont discutables et laissent croire au trafic d'influence et à de la corruption. Selon le journal New-Yorkais, le président mexicain a acheté une résidence dans la municipalité d'Ixtapan de la Sal du contracteur Roberto San Román. Ce dernier a reçu plus de 100 millions en contrats publics.

Le Wall Street Journal rapporte que le président mexicain avait acheté une résidence secondaire pendant ses années au titre de gouverneur de l'État de Mexico.

Publicité
Publicité

Ce n'est peut-être qu'une coïncidence, mais le vendeur, Roberto San Romàn, a eu accès à de nombreux contrats publics pour transformer ce village inconnu en une destination balnéaire suite à l'achat de M. Peña Nieto. Il est rapporté que Roberto San Román a obtenu, depuis 2012, début de la présidence d'Enrique Peña Nieto, plus de 11 contrats de construction du gouvernement fédéral. Avant l'arrivée de Peña Nieto, la compagnie de Roman n'avait jamais obtenu de contrats gouvernementaux.

Selon le porte-parole du président, Enrique Peña Nieto avait acheté sa résidence au prix du marché et il ne voyait aucun conflit d'intérêt. Que représentent les 11 contrats octroyés à la firme de construction de Roberto San Román? Combien vaut la résidence maintenant que le village est une destination balnéaire?

Ce n'est pas la première fois que le dirigeant mexicain doit rendre des comptes quant à ses liens avec le monde des finances et l'influence des hommes d'affaires sur ses décisions.

Publicité

Enrique Peña Nieto et sa femme ont été dans l'eau chaude il y a quelque semaines à peine en raison d'une autre résidence que possédait le couple présidentiel dans la ville de Mexico. La scandale de la "maison blanche" mettait en scène une proximité discutable entre les intérêts personnels d'Enrique Peña Nieto et ceux de personnes influentes au gouvernement.

Pendant qu'un grand pourcentage de la population mexicaine vit sous le seuil de pauvreté, le président peut-il travailler aux réels défis que le #Mexique doit surmonter? Il est difficile de changer une culture de la corruption si son plus haut dirigeant soulève constamment des doutes quant à son honnêteté!