Le 19 janvier dernier, les dirigeants militaires ont confirmé aux médias à Ottawa que les Forces armées canadiennes déployées en Irak ont combattu et ont été impliquées dans des échanges de tirs avec des groupes armés de l'État islamique. Ils sont environ 70 représentants canadiens et ceux-ci travaillent principalement afin d'aider la coalition à identifier et localiser les cibles ennemies pendant la mission Impact.

Cependant, les directives données par le gouvernement fédéral n'est pas de se battre au sol. Le but de la présence canadienne est de « former et porter assistance » aux forces armées irakiennes. Il n'autorise pas pas le combat au sol.

Publicité
Publicité

Néanmoins, les représentants du Commandement des opérations interarmées du Canada affirment avoir respecté leur mandat. « Nous avons été attaqué par des tirs de mortier pendant que les forces spéciales canadiennes avaient été envoyées au front pour un exercice de formation des soldats irakiens », a dit le brigadier général, Michael Rouleau, pour justifier cet affrontement.

Ils ont tenu à préciser que cet événement était ponctuel et inattendu. « C'est la première fois que cela survient depuis le début de la présence canadienne et il a bien eu lieu au cours de la dernière semaine », a-t-il ajouté en mentionnant que les actions avaient été purement défensives.

L'une des principales responsabilités des forces spéciales est de pointer avec un laser les cibles pour guider les avions de la coalition menée par les États-Unis lors de raids aériens.

Publicité

Cette opération en Irak et en Syrie était prévue initialement pour se terminer en avril. Mais il semble que le premier ministre Stephen Harper est ouvert à l'idée de prolonger la présence canadienne le temps nécessaire. Les récents événements liés aux attaques terroristes ont donné des arguments aux gouvernements pour renforcer leur présence militaire dans ces deux pays.

La contribution canadienne à la mission Impact se compose de 6 avions CF-18, d'environ 70 membres des forces spéciales et 550 soldats. #Terrorisme