Dans sa lutte contre le terrorisme et contre la sauvagerie de l'organisation Daech, l'#Algérie ne ménage pas ses efforts pour anéantir les projets désastreux des terroristes. Les forces de sécurité ont récemment démantelé une cellule de djihadistes liée à l'organisation terroriste et découvert un atelier clandestin de fabrication d'armes et d'explosifs

Découverte d'un atelier d'armes et de produits explosifs

Sur la base d'informations recueillies et d'enquêtes menées par les services de sécurité algériens, un atelier de fabrication d'armes et d'explosifs a été découvert 24 heures après l'arrestation d'une cellule terroriste dans la ville de Blida.

Publicité
Publicité

Ce groupe de 10 individus âgés de 30 à 68 ans seraient liés à l'organisation Daech, a annoncé hier le journal local Al Khabar.

Daech forme des individus pour des missions djihadistes

Selon les mêmes sources de sécurité, ce groupe est dirigé par un homme d'une soixantaine d'années, chargé du recrutement et de la formation d'individus destinés à des missions au profit de l'"#Etat Islamique". Par ailleurs, quatre fusils, un pistolet et une quantité importante de matériel explosif et de produits chimiques ont été trouvés dans trois maisons fouillées dans la ville de Bouktab au sud de l'Algérie. L'opération s'est également achevée par l'arrestation de deux suspects pouvant avoir un lien avec Daech.

Des missiles S-125 déployés à l'Est de l'Algérie ?

L'Algérie est en première ligne dans la lutte contre l'organisation djihadiste.

Publicité

Certaines informations confirmées depuis indiquent que les terroristes préparent des frappes aériennes visant des institutions dans le pays ainsi qu'en Tunisie. C'est dans ce contexte que le journal algérien El Fajr a indiqué que, selon une source militaire de haut niveau, le ministère de la défense a installé des missiles S-125 fabriqués en Russie dans un certain nombre de gouvernorats frontaliers de l'Est, notamment ceux limitrophes avec la Tunisie et la Libye. Pour rappel, toutes ces opérations se déroulent dans un contexte marqué par la mort récente de l'émir djihadiste Gouri, commanditaire du meurtre du Français Hervé Gourdel au nom de Daech.