Lors d'une conférence de presse, le représentant du Bureau du procureur général du Mexique a déclaré que « les services de sécurité publique de 13 villes de l'État de Guerrero étaient contrôlés par les narco-trafiquants ». Par contrôler, il ne fait pas seulement référence à la corruption, mais également à la prise de décision et aux ordres données aux fonctionnaires municipaux. Si la ville d'Acapulco (située dans l'État de Guerrero) est la troisième plus dangereuse sur la planète, il ne faut pas se surprendre de cette annonce faite le 21 janvier dernier.

Le président de l'Agence des enquêtes criminelles (AIC), Tomás Zeron de Lucio, a qualifié le contrôle des 13 municipalités par le crime organisé d'alarmant.

Publicité
Publicité

Ainsi, le gouvernement fédéral a eu l'obligation de reprendre le contrôle des villes d'Iguala, Apaxtla, Arcelia, Buenavista de Cuéllar, Coyuca de Catalán, General Canuto Neri, Ixcateopan de Cuauhtémoc, Pilcaya, Pungarabato, San Miguel Totolapan, Taxco de Alarcón, Teloloapan et Tlapehuala.

En effet, les forces armées mexicaines ont eu l'obligation de sortir les dirigeants locaux de leur poste en raison de la perte de confiance des instances politiques fédérales envers les élus et les fonctionnaires de chacune d'entre eux.

Pour Tomas Zeron de Lucio, la situation était hors de contrôle en raison « des salaires démesurés et de la corruption qui faisaient en sorte que les cartels de la drogue dictaient les règles et les politiques locales. »

Il demande à tous les gouverneurs des différents États mexicains de collaborer afin que cette situation ne se reproduise pas ailleurs dans le pays, afin que celui-ci soit sécuritaire pour sa population et les étrangers qui le visitent.

Publicité

L'histoire se répète au Mexique. La corruption est une gangrène qui revient de manière cyclique dans l'actualité nationale. Pour les citoyens, ce refrain devient banal. Il est possible de comparer l'effet de ces nouvelles à une chanson que l'on écoute constamment en bruit de fond... à la longue, on ne l'entend plus!