Selon le service international du Département de l'agriculture des Etats-Unis, l'Inde est le deuxième exportateur mondial de viande bovine, malgré qu'elle en soit le quatrième producteur. Les Indiens mangent moins de la moitié de leur production. En 2014, 1850 milliers de tonnes ont été exportés sur 4100 milliers de tonnes produits. 1950 milliers de tonnes sont prévus à l'export pour 2015. L'augmentation des exportations de viande indienne s'explique par son faible coût de production. Beaucoup de bétail préalablement utilisé pour la production de lait est employé pour sa viande et son cuir.

En 2013, selon le ministère de l'Agroalimentaire indien, l'Inde comptait plus de 3 600 abattoirs officiels… Mais malgré l'interdiction de tuer des bovins ailleurs, les maisons d'abattage illégales sont estimées à 30.000 et sont de plus en plus nombreuses.

Publicité
Publicité

Dans le cadre d'une investigation sur le cuir, un enquêteur de PETA India, People for Ethical Treatment of Animals témoigne: « Tandis que les vaches étaient chargées, je pouvais entendre les cris d'une vache s'étouffer dans son propre sang. La corde dans son nez avait été mal placée, les manutentionnaires l'ayant tirée de manière abrupte et ayant été attachée aux autres bovins pendant une marche de 12 heures, cela lui avait arraché le nez et le sang coulait sur son visage. »

Avec plus de 132 millions de tonnes de lait produites en 2013, l'Inde en est le premier producteur mondial de lait, celui-ci provenant majoritairement des buffles et des vaches ainsi que des chèvres. Selon le Ministère indien de l'élevage, le gouvernement a investi pour 20 242 millions de roupies (281.161.380 euros) pour atteindre une demande nationale de 150 millions de tonnes en 2016-2017.

Publicité

Continuellement inséminées, les vaches sont mises enceintes chaque année pour qu'elles produisent du lait. En plus de l'hygiène médiocre de ces pratiques qui les conduit à des infections, des pompes à lait électriques tirent sur leur pis afin de produire en moyenne 14 litres de lait par jour par animal. Pour parvenir à de telles quantités, des hormones illégales sont utilisées, comme l'ocytocine qui agit sur l'utérus et les glandes mammaires. Alors qu'elles peuvent normalement vivre jusqu'à 18 ans, leur espérance de vie ne dépasse en moyenne pas les 6 ou 7 ans, âge auquel elles sont envoyées à l'abattoir.

Selon une investigation de PETA India, il existe des milliers de laiteries illégales, chacune d'entre elles utilisant entre 50 et 3000 bêtes. La plupart des laiteries de Delhi n'ont pas d'électricité ni de dispositif de drainage des déjections. Les vaches doivent donc vivre dans leurs excréments. Parfois forcées à marcher dans la chaleur pendant des jours sans pouvoir boire ou manger, elles s'écroulent d'épuisement.

Publicité

Des techniques cruelles sont utilisées pour les faire avancer. PETA India a récemment dénoncé l'utilisation de piments dans leurs yeux. Dans des abattoirs, les #Animaux sont tués les uns en face des autres - ce qui est une pratique illégale - et sont dépouillés et démembrés alors qu'ils sont encore conscients.

Les vaches trop maigres pour être vendues ou utilisées pour leur lait sont souvent abandonnées dans la rue, où elles passent leurs derniers jours à tenter de survivre en mangeant dans les ordures, avalant par la même occasion d'énormes quantités de plastique. (voir image). Et souvent attachées à des poteaux le long des routes, les passants caressent ces vaches que l'on dit « sacrées »…