Dimanche 25 janvier, le maire de New-York, Bill de Blasio, avait annoncé une tempête de neige historique. Une tempête qui devait être l'une des « plus importantes de l'histoire de cette ville », selon le maire. Soixante centimètres de neige et des vents très violents étaient attendus entre lundi et mardi.

« Ne sous-estimez pas cette tempête » insistait Bill de Blasio. Il demandait même à la population de rester chez elle, d'éviter tout déplacement. Seuls les véhicules de secours pouvaient circuler après 23 heures. Des centaines de chasse-neige ont été mobilisées. Les compagnies aériennes ont annulé, au total, plus de 5.000 vols à destination et au départ de la ville.

Publicité
Publicité

Un appel à la prudence très bien entendu par les citoyens new-yorkais. Les supermarchés de la ville ont littéralement été pris d'assaut. L'inquiétude de la population s'est traduite par des files d'attente interminables dans les points de vente. Les rayons étaient vides.

Un an après la tempête, nommée Hercule, qui a paralysé New-York, les habitants de la ville - et au delà - ont vraiment cru que le phénomène allait se reproduire de plus belle, en ce début de semaine. Et pourtant...

Une tempête de neige pas si « historique » que cela

Mardi matin, Bill de Blasio a finalement levé son interdiction ferme de circuler dans la ville. La tempête considérée « d'historique » n'a finalement pas eu lieu. Ou n'a même jamais existé. Les soixante centimètres de neige n'étaient finalement que vingt-cinq centimètres.

Publicité

Les New-yorkais sont sortis ce mardi matin, en toute simplicité, avec leur manteau d'hiver. De la neige qui n'a finalement pas recouvert la ville comme annoncé deux jours auparavant. Mini bad buzz pour le maire de New-York et la météo sur ce coup. Le site Le Point parle même d'une « tempête flop ».

« La tempête n'a pas été aussi grave que l'avaient prédit les météorologistes » explique Andrew Cuomo, gouverneur de l'Etat de New York. Il avait demandé à ce que tous les ponts menant à Manhattan et une majorité des établissements publics soient fermés.

Le maire de la ville quant à lui, se défend. « Mieux vaut prévenir que guérir » déclare-t-il dans une conférence de presse.

Toutefois, même si l'Etat de New-York n'a pas été atteint, comme prévu, par la tempête Juno, ce n'est pas le cas partout. En effet, d'autres villes ont sérieusement été touchées. Tel est le cas au Massachussets. Plus de trente centimètres de neige ont recouvert les rues. Dailymail a publié sur son site plusieurs photos de Boston, la capitale. La ville n'a pas été épargnée. Vents violents et inondations n'ont pas manqué à l'appel.

#Etats-Unis