À l'étranger, la Une de Charlie Hebdo n'est pas autant diffusée que dans les médias français. Elle est même parfois floutée! Au Royaume-Uni, le Telegraph et le Times ont choisi de ne pas diffuser la caricature.

Caroline Fourest faisait une interview en direct sur la chaine britannique Sky News quand l'interview a été brutalement arrêtée, mercredi dernier. La raison : la journaliste montrait à la caméra un exemplaire du Charlie Hebdo représentant le prophète Mahomet publié le jour-même, une semaine après l'attentat contre le journal.

La présentatrice de Sky New a tout de suite présenté ses excuses aux téléspectateurs "qui auraient pu être offensés".

"À Sky News, nous avons pris comme décision éditoriale de ne pas montrer cette une", a-t-elle expliqué.

Mardi dernier, des médias comme CNN, le New York Times, USA Today, The Guardian avaient tous informé leurs lecteurs en amont que le prochain numéro Charlie Hebdo a choisi une nouvelle caricature de Mahomet sans diffuser la photo de la une dans leur journal qui a été pourtant révélée la veille de la diffusion du journal en France.

Crainte de choquer la communauté musulmane ?

En Turquie, le quotidien d'opposition Cumhuriyet a publié une caricature du prophète Mahomet extraite de Charlie Hebdo. Le procureur d'Istanbul a ouvert jeudi une enquête.

Les pages web affichant le dessin du prophète ne seront plus opérationnelles, le tribunal les qualifiant "d'insulte pour les croyants".

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a qualifié jeudi le dessin de Mahomet de "grave provocation". Il a ajouté que "nous ne pouvons accepter les insultes faites au prophète (...) la liberté de la presse ne signifie pas la liberté d'insulter".

À Hamburg (Allemagne), le 11 janvier dernier, un quotidien de Hamburg (nord de l'Allemagne) qui avait publié des caricatures du prophète Mahomet publié au préalable par Charlie Hebdo a été incendié dans la nuit.

The Guardian et The Independent ont quant à eux publié la fameuse une mais d'une manière un peu camouflé comme pour passer un autre message. En effet ils ont inséré la photo en miniature à coté du texte tout en incluant une note en haut de l'article: "l'article contient une image de la couverture du magazine, que certaines personnes pourraient trouver offensante". #Journalisme