Les habitants kurdes de Syrie ont finalement retrouvé leur maison dans la ville de Kobané suite à l'expulsion du groupe extrémiste État Islamique. Mardi, après avoir repris possession de cette ville, les combats se sont déplacés vers les villages aux alentours, toujours sous l'emprise des terroristes.

La reprise de la ville de Kobané n'est pas seulement la reprise d'une ville. Elle représente quelque chose de beaucoup plus important en raison de sa position stratégique. L'État Islamique voulait la contrôler pour étendre ses influences le long de la frontière entre la Turquie et la Syrie. Elle est devenue le symbole qu'il est possible de repousser l'envahisseur pour les populations qui luttent contre l'ÉI.

Publicité
Publicité

Il est évident que cette victoire des Kurdes ne serait pas survenue sans l'aide précieuse des forces de la coalition internationale menée par les États-Unis. Les frappes aériennes ont fortement contribué à affaiblir le groupe radical. Cette défaite de l'ÉI est la plus importante depuis le début des affrontements en Syrie en 2013. Mardi, les dirigeants kurdes disaient que « la bataille de la libération » venait de commencer. Il faut noter que de nombreuses villes sont toujours sous l'influence des djihadistes dans cette région.

Depuis septembre, plus de 200.000 personnes ont fui la région vers la Turquie en quête de sécurité. Les combats ont tué plus de 1800 individus.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, des combats étaient en cours au sud-est et au sud-ouest de Kobané.

Publicité

Cette bataille de la libération risque de prendre encore plusieurs semaines pour venir à bout des djihadistes et libérer tous les villages.

Après les célébrations des différentes populations kurdes, le retour à la vie normale se fait tranquillement. Néanmoins, les défis qui attendent les habitants sont énormes. Plus de 50% de la ville est en ruines. Les structures pour subvenir aux besoins en eau, en nourriture ou en médicaments sont inexistantes. Ce sera un long processus pour ces personnes qui ont néanmoins retrouvé leur liberté. #Terrorisme