Au moins 20 personnes ont été tuées et 23 ont été blessées aujourd'hui dans un attentat à la voiture piégée contre une académie de police dans le centre de Sanaa, a déclaré le gouverneur de la ville.

« Vingt personnes ont été tuéesées et au moins 23 ont été blessées dans cet attentat terroriste à l'aide d'une voiture piégée à l'entrée de l'académie de police », a rapporté le gouverneur de la ville à l'agence de presse officielle. L'attaque avait ciblé des personnes qui venaient de rejoindre l'académie, a-t-il ajouté. Selon un responsable des services de sécurité, la bombe a été activée à distance.

Dimanche, un précédent attentat au Yémen contre une concentration de miliciens chiites dans la région de Dhamār, au sud de Sanaa, a tué quatre personnes dont un journaliste de télévision.

Publicité
Publicité

Une autre attaque anti-chiite a fait 49 morts le 1er janvier dans le centre du Yémen.

Une milice chiite a, plus tôt, lancé une offensive qui lui a permis de prendre le contrôle de la capitale le 21 septembre, puis d'étendre progressivement son influence vers le centre du Yémen.

Le réseau extrémiste sunnite Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP), bien établie dans le sud du Yémen, a juré de se battre contre la milice chiite et tente de mobiliser les tribus sunnites pour arrêter l'avancée de celle-ci.

La marque d'Al-Qaeda 

Jusqu'à présent, aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de cette attaque, bien que la source ait expliqué qu'elle porte la marque d'Al-Qaïda au Yémen, appelé Ansar al-Charia. 

En septembre, des militants d'Ansar Allah ont pris le contrôle de la capitale après des semaines de protestations contre la hausse des prix du carburant.

Publicité

Selon l'accord conclu avec le président Abd Rabo Mansour Hadi, grâce à la médiation de l'ONU, Hadi s'est engagé à former un gouvernement de consensus et assurer une plus grande participation des chiites. Ces derniers ont accepté de retirer leurs milices de la capitale.

Cependant, les hommes armés ont continué à consolider leur présence à Sanaa et se sont étendus sur les provinces du centre du pays, où ils ont trouvé la résistance des tribus locales et du groupe terroriste Al-Qaïda dans la péninsule arabique, ce qui a augmenté les attaques des chiites.