Le Yémen est dans le chaos le plus complet depuis que les houthis ont attaqué le palais présidentiel la semaine dernière. Une démission, un parlement qui n'accepte pas le départ du président et maintenant des citoyens qui sortent dans les rues armés de couteaux et de bâtons. Des personnes sont allées exprimer leur désaccords avec les rebelles chiites à Saana et ont été acceuillies par les ces derniers avec des armes automatiques, des couteaux et des bâtons pour les faire taire.

Les manifestants désiraient seulement transmettre leur différence de point de vue, mais les Houthis, qui ont pris possession de la capitale, ne semblent pas entendre à rire avec les dissensions.

Publicité
Publicité

L'incertitude qui règne au Yémen n'augure rien de bon pour la lutte aux groupes terroristes tels que Al-Quaïda qui utilise ce pays, entre autres, dans le but de former leurs combattants au maniement des armes.

Plusieurs témoins ont rapporté des blessés pendant les heurts entre les manifestants et les forces chiites. Une dizaine de personnes auraient été blessées. Le journaliste d'un quotidien yéminite aurait été enlevé par le groupe rebelle et libéré par la suite.

Le leader des rebelles a suggéré une rencontre pour résoudre les problèmes de stabilité politique auxquels est confronté le Yémen. Sans gouvernement depuis la démission de son ex-président, Abd Rabbo Mansour Hadi et de son bras droit, le pays est dans un état chaotique. L'Organisation des Nations Unies a tenu des consultations à huis clos lundi afin de voir comment agir.

Publicité

Ces manifestations violentes de citoyens armés de couteaux et de bâtons continuent dans la rues depuis la prise de possession par les rebelles et cela n'augure rien de bon. Les tensions politiques sont choses communes dans le monde arabe, cependant les armes ne règlent pas tout.

Plusieurs partis ont annoncé jeudi dernier la fin de leurs contacts avec les sympathisants houthistes afin de convaincre le président de rester en poste sans pour autant y arriver. Ce dernier estime que « le pays est dans une impasse totale » et il ne semble pas croire être le leader nécessaire pour la résoudre. #Terrorisme