Le Yémen était en crise depuis 48 heures. Les rebelles chiites avaient pris d'assaut le palais présidentiel le 20 janvier dernier, encerclé et coupé les accès au bureau du premier ministre, Khaled Bahah. Le président du Yémen, Abd Rabbo Mansour Hadi, en est finalement venu à une entente de sortie de crise avec le groupe chiite d'Ansaruallah en fin de journée le 21 janvier.

Le texte de l'accord publié par l'agence de presse officielle Saba dit que les miliciens ont pris l'engagement de libérer le palais de leur présence et rendre la liberté au directeur de cabinet de M. Hadi, Ahmed Awad ben Moubarak enlevé samedi dernier.

Publicité
Publicité

Pendant l'occupation des lieux, les Houthis ont volé une quantité significative d'armes et d'équipements militaires. En échange de leur retrait, les groupes chiites ont obtenu gain de cause sur presque toutes leurs demandes.

En effet, les milices menées par leur jeune chef, Abdel Malek al-Houthi, ont obtenu une représentation équitable et le droit de siéger au sein des institutions gouvernementales. Cet représentation est vraie également pour tout groupe du mouvement sudiste pacifique ou pour tout autre factions politiques privées.

L'amendement au projet de Constitution fédérale du Yémen, qui est ce qui a provoqué les conflits violents, entre en vigueur immédiatement. Ce projet sépare le pays en six régions. Le leader du mouvement Houthi était sorti sur les ondes pour critiquer la manque d'association de son mouvement au projet constitutionnelle.

Publicité

Pour les chiites, elle les privera d'un accès à la mer.

Le président a reçu l'appui du sud, où la population est principalement sunnite. Cependant, ses appuis sont maintenant très faibles dans le nord, en grande partie d'origine chiite.

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies a sévèrement critiqué cette attaque et a donné son soutien au président Hadi, tout comme le Conseil de coopération du Golfe, composé des monarques arabes. Le Yémen est un pays stratégique dans la lutte contre les groupes terroristes, tout particulièrement Al-Qaïda. #Terrorisme