Le Yémen est en état d'alerte. La palais présidentiel a été pris d'assaut par les milices chiites du pays il y a quelques heures à peine à Sanaa. Les soldats armés ont encerclé la résidence du chef d'État, Abd Rabbo Mansour Hadi, dont l'état n'est toujours pas connu. Le Conseil de sécurité des Nations Unies était réuni à huis clos pour parler de la situation difficile de ce pays où une faction très forte d'Al-Quaïda se réfugie. C'est d'ailleurs dans ce pays que plusieurs Occidentaux qui joignent les forces djihadistes vont suivre leur entraînement pour manipuler les armes automatiques.

Une grande partie de la ville de Sanaa est sous le règne de la milice Ansaruallah depuis septembre dernier.

Publicité
Publicité

Cependant, ceux qui se nomment les houthis, ont étendu leur emprise en s'attaquant à l'édifice qui représente le pouvoir.

Il y aurait eu également de violentes batailles du côté ouest de la maison du dirigeant du Yémen. Deux soldats seraient morts selon certaines sources médicales. Comme si prendre d'assaut le palais présidentiel n'était pas assez, les milices ont formé un cercle autour de la maison du Premier ministre, Khaled Bahah, située au centre de la ville. Ils en ont bloqué tous les accès.

La ministre de l'information, Nadia Sakkaf, a écrit sur son compte Twitter que "les miliciens désiraient renverser le gouvernement en place". Selon plusieurs sources, le Yémen serait victime d'un coup d'État.

Les combats durent depuis déjà quelques semaines et se sont intensifiés la semaine dernière.

Publicité

D'ailleurs, plusieurs nations y ont fermé leurs ambassades et consulats, dont la France. Lundi dernier, neuf personnes avaient perdu la vie dans ces affrontements.

Seulement pour ajouter aux problèmes des dirigeants qui étaient en place, l'ex-président du pays, Ali Abdallah Saleh aurait donné son appui aux milices. Suite à ses 33 années à la tête du pays, il a toujours une influence sur la politique et les actions de la population. Ce qui avait mis le feu aux poudres en septembre dernier est un projet de Constitution. Une situation à suivre! #Terrorisme