Selon le directeur du centre national antiterroriste Américain (NCTC), Nicolas Rasmussen, plus de 20.000 non-Syriens ou Irakiens combattraient en ce moment dans les rangs de l'État islamique. Venant de 90 pays du monde, le contingent occidental serait d'environ 3.400, dont un peu plus de 1.000 Français, et par contre seulement 150 Américains. Cela correspondrait aux derniers chiffres connus de 2015. L'O.N.U avançait en novembre dernier le chiffre de 15.000 combattants étrangers. On voit dès lors la progression... 

Évidement ces chiffres sont à manipuler avec précaution, et seraient très probablement en dessous de la réalité. Beaucoup de candidats au djihad passent par la Turquie. C'est pourquoi celle-ci s'est engagée à interdire son territoire, à tous les ressortissants étrangers, dont le pays d'origine en fait la demande. Actuellement, la liste Turque des interdits de séjour est longue de 10.000 noms... Les raisons de cet afflux sans précédent dans tous les conflits jusqu'alors sont assez controversées.
Le NCTC dit que la propagande sur les réseaux sociaux incite les candidats à sauter le pas. Il est vrai que depuis le 1er janvier, 250 productions officielles de l'État islamique ont été mises en ligne. Ils vont jusqu'à donner les conseils adéquats pour les rejoindre, qui sait, peut être même vont-ils jusqu'à financer le voyage... Certaines vidéo contiennent des phrases chocs telles: "On ne meurt qu'une fois! Pourquoi pas martyr?".

D'un autre coté, le politologue Paul Neumann dit: "Pour la première fois l'État islamique propose un projet si enthousiasmant, qu'il attire 16.000 jeunes venant du monde entier, pareil engouement ne s'est jamais vu". Selon lui, le malaise identitaire des candidats est important, mais il pense que la radicalisation se fait plus dans les mosquées et les groupes de prières, que par Internet. Il insiste sur le fait de l'importance pour les jeunes candidats, de la rencontre avec le discours salafiste. Il suppose que les réponses tranchées, pour ces jeunes, résolvent le dilemme d'identité. Le discours désignant les ennemis, confère une impression de supériorité, et évite d'avoir à penser... 

Alors où est la vérité? Probablement, un savant mélange des deux...

Publicité
Publicité

#Etat Islamique #Terrorisme #Syrie

Officiellement, un peu plus de 200 français sont revenus, 90% des retours sont justifiés par la déception et la fatigue. Pour l'instant, il y aurait 53 morts recensés de ressortissants de la France.