Historiquement, #Israël et les États-Unis ont toujours marché main dans la main. Les Américains répondant aux moindres petits caprices israéliens. Mais depuis 2009, année de l'arrivée au pouvoir de #Barack Obama aux États-Unis et de Benyamin Netanyahu en Israël, rien n'est moins vrai. Les deux hommes sont à couteaux tirés et cette semaine risque d'offrir un nouveau chapitre à cette relation qui tend maintenant davantage vers la haine que vers l'amour.

Le 3 mars prochain, les Républicains qui sont majoritaires au Congrès ont invité celui qui est en campagne électorale en Israël à venir se prononcer sur l'énergie nucléaire en Iran. Le président Barack Obama, qui a fortement critiqué cette invitation, n'assistera pas au discours du dirigeant israélien. Un premier pas vers ce qui semble devenir un bras de fer entre deux hommes qui ont des convictions opposées.

Cette visite organisée dans le dos du président ne lui a pas plu et il n'a pas pris de gants pour le mentionner. Barack Obama tient à tout prix à son accord avec Téhéran quant à la possession de l'arme nucléaire par les Iraniens et il ne laissera pas Israël détruire ce sujet qui mine les relations internationales depuis plus de dix ans. De son côté, Benyamin Netanyahu, a fait savoir qu'il est prêt à tout pour contrer cet accord qu'il juge dangeureux.

« Nous serons toujours en première ligne dans notre engagement derrière l'État d'Israël, mais M. Netanyahu fait peut-être tout simplement une erreur de jugement » sur le dossier nucléaire iranien, a lancé mercredi le secrétaire d'État John Kerry. Cela démontre à quel point les deux gouvernements sont opposés et qu'ils ne sont pas prêts à danser ensembles.

Si Benyamin Netanyahu offusque trop les Américains, les Israéliens pourraient se retrouver dans une mauvaise position quant à leur politique et leurs offensives face aux Palestiniens. L'appui des États-Unis est indispensable à Israël. Benyamin Netanyahu devrait se préoccuper davantage des conséquences possible du jeu dangereux auquel il se prête, dans un bras de fer perdu d'avance. #Etats-Unis