À l'aube de la Saint-Valentin, la Gendarmerie royale du #Canada (GRC) n'était pas en lune de miel. Elle s'est mise au travail afin de déjouer un complot destiné à tuer plusieurs personnes à Halifax, dans la province de la Nouvelle-Écosse. Les forces policières ont mentionné que les résidents faisaient face à une menace réelle impliquant des armes à feu.

Brian Brennan, le commissaire-adjoint de la Gendarmerie en Nouvelle-Écosse, a insisté sur la rapidité de l'intervention : « Nous voulons que les gens comprennent que nous avons agi sans tarder et avec justesse », a-t-il déclaré.

Trois suspects interpellés

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1h20, les policiers sont entrés dans la résidence des suspects, un Canadien de 19 ans et une Américaine de 23 ans, où ils ont trouvé un homme mort au sol. Aux environs de 2h, les deux jeunes ont été arrêtés à l'aéroport d'Halifax. Un troisième suspect a été appréhendé quelques heures plus tard. Ils ont été placés en détention et la police croit, selon ses renseignements, que la menace qui pesait sur la capitale néo-écossaise est maintenant éteinte.

La rue Tiger Maple, où était située la résidence des suspects, avait été fermée à la circulation des civils. Désormais, les résidents ont pu retrouver leur foyer et reprendre leurs esprits. Les forces policières ont donné peu de détails à la presse afin de ne pas nuire à l'enquête.

Selon les premiers éléments, une tuerie était programmée ce samedi, dans un lieu public de la ville d'Halifax. Les suspects avaient l'intention de se suicider après être passé à l'acte.

Stephen Harper est très heureux

Cette sortie survient quelques jours après l'adoption de la nouvelle loi anti-terrorisme du gouvernement du Premier ministre canadien, Stephen Harper. La relation directe entre la hausse des pouvoirs donnée aux services de renseignements pour contrer ces attaques et son efficacité réelle n'est toujours pas démontrée. Cependant, cette menace arrêtée avant même qu'il y ait des vicitmes tombe à point pour les politiciens.

Dans un pays de libertés individuelles comme le Canada, la loi de Stephen Harper avait été reçue timidement et des doutes quant au respect de la vie privée des gens étaient soulevés par l'opposition. Désormais, le Premier ministre, qui entre en phase pré-électorale, utilisera certainement cette démonstration afin de convaincre les électeurs qu'il travaille pour le bien des Canadiens. #Terrorisme