Le Chili est l'un des rares pays où l'avortement est interdit et ce, peu importe la raison de la grossesse. Les Chiliennes ne peuvent consulter un gynécologue pour mettre un terme à leur grossesse si elles ont été violées ou si leur état de santé est précaire. Non! Sous aucun prétexte l'avortement est permis. Cependant, les #Femmes de ce pays d'Amérique latine ont espoir de voir la situation s'améliorer d'ici peu. La présidente, Michelle Bachelet, désire soumettre une nouvelle loi pour assouplir les règles.

Sans décriminaliser l'avortement totalement, elle veut une législation plus permissive. Sa proposition permettrait aux femmes ayant été violées, à celles avec un état de santé dangereux, ou à celle ayant une déformation du fœtus de subir un avortement.

Publicité
Publicité

Il me semble que c'est la moindre des choses. Au moins, les femmes violées pourront avoir recours à une assistance-médicale pour éviter la mise à bas illégale dans des conditions sanitaires atroces.

Mais le projet de Mme Bachelet est loin d'être chose faite dans un pays très conservateur. Plusieurs des députés de la coalition au pouvoir ont déjà mentionné leur désaccord. La présidente argumente que « sous l'administration de Pinochet de 1973 à 1990, les avortements thérapeutiques étaient permis ».

Selon les statistiques, plus de 16 500 femmes sont hospitalisées pour des complications liées à la malformation du fœtus chaque année au Chili. Néanmoins, dans ce pays fortement catholique, l'arrêt de la grossesse est une entrave à la vie.

En Europe, l'avortement est en grande majorité légaliser jusqu'à 10 ou 12 semaines de grossesse.

Publicité

Néanmoins, l'Espagne est réfractaire à la légalisation totale tout comme l'Irlande, le Luxembourg ou la Pologne. L'acte est totalement illégal sur l'île de Malte. En Amérique du Nord, le débat revient ici et là, spécialement aux États-Unis où la droite religieuse est très puissante. Au Canada, il est permis depuis longtemps. Ainsi, il est facile de voir l'influence de l'église car les pays où l'avortement demeure illégale sont situés dans le tiers monde où l'Église est très forte.