Dans la nuit du 13 janvier 2012, le bateau de croisière Costa Concordia s'approche de l'île de Giglio. Il est alors 21h. En route vers le port de Savone, l'itinéraire de bord du navire le fait passer au milieu d'un chenal de 15 km de large, situé entre l'île de Giglio et la côte de Porto Santa Stefano.

Toutes sirènes hurlantes au moment où le paquebot devient bien visible depuis l'île, le commandant Francesco Schettino réalise ce qu'on appelle « l'Inchino », une révérence en français. Une coutume assez répandue pour les bateaux de croisière qui consiste à saluer les touristes présents sur les îles et aux alentours. Un coup de pub en somme.

Publicité
Publicité

De nombreuses vidéos de ces Inchini sont d'ailleurs visibles sur le web.

Seulement voilà, pour réaliser cette parade Schettino doit faire dévier son navire de 7 km par rapport à l'itinéraire prévu. Le résultat de cette déviation sera catastrophique. Naviguant trop près de côtes, le bateau heurte alors des rochers. Sa coque déchirée, le bateau prend rapidement l'eau …

4.231 personnes sont à son bord, 3.208 passagers et 1.023 membres d'équipage.

Une confusion totale sur le pont

Assez rapidement après les faits, une vidéo se répand sur internet. Et si elle donne un bon aperçu de la confusion qui régnait à bord, elle montre surtout une discussion entre le commandant et certains membres de son équipage. Une vidéo édifiante qui démontre que la situation était hors de contrôle :

Un membre de l'équipage : « Commandant, les passagers montent dans les canaux de sauvetages, spontanément… ».

Schettino : « Ok qu'ils aillent à terre ».

Un membre de l'équipage : « Le signal d'urgence ? Devons-nous donner le signal d'alarme ? »

Schettino : « Attendez, attendez »...

Après réflexion, le commandant se décide enfin : « Signal d'urgence, abandonnez le navire ».

Une discussion qui s'est déroulée environ une heure après le choc. Aucune alerte n'avait encore été déclenchée.

Publicité

Pour toute communication, les passagers avaient été prévenus d'un simple problème électrique.

Une évacuation chaotique

L'alarme enfin donnée, c'est la ruée vers les canots. Mais il n'y en a pas assez pour tout le monde. Pris de panique, de nombreux passagers se jettent alors à l'eau en pleine nuit.

Au milieu de ces passagers en détresse, le capitaine Schettino. Filmé par les pompiers, ce dernier monte dans un canot de sauvetage. Il reste encore des centaines de passagers sur son bateau. Bref il les abandonne. Il abandonne du même coup son équipage et son bateau à leur triste sort. Ce comportement, d'une lâcheté incroyable pour un commandant, restera le fait qui lui sera le plus souvent reproché en Italie. Lui valant son surnom peu glorieux de capitaine couard.

De son côté, Schettino plaidera qu'il n'a pas jamais voulu quitter intentionnellement son navire. Il serait tombé dans un canot de sauvetage à cause de l'effet de gravité. Une explication qui ne tient pas la route car à aucun moment Francesco Schettino n'essaiera de remonter à bord.

Publicité

Et ce même après s'être fait passer un véritable savon à la radio de la part de Gregorio de Falco, le capitaine des Garde-Côtes. « Retournez à bord, c'est un ordre. Vous avez déclenché l'abandon du navire, c'est moi qui commande désormais. Retournez à bord b** de m***... »

Mais Francesco Schettino ne fera jamais marche arrière et arrivera sain et sauf sur le rivage. Pris en charge très rapidement par les carabiniers, il devra même bénéficier de la protection des garde-côtes.

Sur les 4.231 personnes qui étaient à bord, 32 perdront la vie. 27 passagers et 5 membres d'équipage. La plus jeune victime n'était âgée que de 5 ans …

Aujourd'hui, soit trois ans après les faits, le capitaine "couard" Schettino est désormais condamnée à 16 ans et un mois de prison…