Un nouveau pas vient d'être franchi dans les relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis. Alors que s'est ouvert ce lundi le festival de cigares de La Havane, des Américains ont eu le droit d'assister à l'événement. Mieux même : ils peuvent ramener jusqu'à cent dollars de cigares ou de rhum, la célèbre boisson locale. C'est la première fois depuis plus d'un demi-siècle que des ressortissants du pays de l'oncle Sam ont le droit de participer à ce festival. C'est dire l'importance diplomatique de cette ouverture. « Disons que c'est la première fois que l'on peut les acheter légalement », explique une Américaine. « Certains s'en sont déjà procuré au marché noir. Mais cette fois, c'est officiel et j'en suis très heureuse ».

Des conditions à remplir pour aller sur l'île

Cette présence d'Américains sur l'île castriste est la conséquence de l'allègement de l'embargo des Etats-Unis sur Cuba, décidé il y a quelques semaines. Attention tout de même, il faut remplir certaines conditions pour se rendre à Cuba : avoir de la famille sur l'île ou faire partie d'un programme d'échange culturel. C'est déjà une belle avancée qui demandera une suite dans les semaines et mois à venir. C'est en tout cas bien parti…Les cigares donc mais également le rhum, l'autre spécialité, peuvent être achetés. Pour le plus grand plaisir des touristes présents dans la capitale mondiale de cette douceur. « Comme les cigares, nous n'en n'avons pas. C'est vraiment bien d'ouvrir le marché et d'avoir des échanges avec Cuba », indique l'une d'entre elles, également ravie de constater que les relations entre les deux pays s'améliorent.

Il n'y a pas que les consommateurs qui se réjouissent de cette ouverture. Pour les producteurs, il s'agit également d'une magnifique aubaine à saisir. Eux qui attendent ce moment depuis si longtemps. « Nous sommes ravis de rentrer sur le marché américain et de pouvoir y vendre nos produits », explique l'un d'entre eux. Impatient que l'embargo soit levé rapidement. Ce n'est pas encore chose faite. Mais l'administration Obama semble en faveur d'un réchauffement des relations entre Cuba et les Etats-Unis. Les producteurs de Habanos, ou autres, peuvent déjà se frotter les mains. Et retourner dans leur atelier fabriquer ce paisible instant de plaisir qui part hélas si vite en fumée…