Il ne se passe pas un seul jour sans que les communicants de l’organisation Etat islamique inondent la toile de leur propagande bien ficelée. Hier, c’est une vidéo montrant des djihadistes attaquer le musée de Ninive à Mossoul, dans le nord de l’Irak qui a ému l’opinion internationale. 

Après avoir saccagé la bibliothèque du musée le mois dernier, brûlé les livres anciens dont certains manuscrits datant de plus de 5000 ans, l’organisation #Etat Islamique s’en est pris hier aux objets d’art et statues du musée, vestiges inestimables de la culture chrétienne d’Orient. Dans une vidéo tout à fait maîtrisée, on peut voir des djihadistes armés de masses et de marteaux-piqueurs réduire en miettes les plus beaux trésors de l’art assyrien et abattre notamment la statue de Sargon, roi du VIIème siècle avant J.C. La justification est toujours la même: mettre à bas les cultures jugées païennes qui prônent l’idolâtrie. En privant un peuple d'une partie de son histoire et en effaçant sa mémoire, Daesh fait table rase de tout ce qui pourrait nuire à l'expansion de son califat islamique.

La vidéo, en cours d'authentification, s’est propagée comme une trainée de poudre et l'organisation terroriste montre une fois de plus l’efficacité de son département communication. Une mise en scène étudiée, un montage des images précis, tout y est pour frapper les esprits et faire passer au mieux le message d’anéantissement d’une civilisation jugée comme hérétique.

Cette guerre culturelle n'est pas une nouvelle lubie des terroristes mais une tactique bien ancrée dans un combat idéologique inhérent à tous les totalitarismes. On se rappelle notamment la destruction des statutes géantes de Bouddha par les Talibans afghans en  2001, quelques mois avant l'intervention américaine. Au Mali, les Islamistes avaient récidivé en saccageant des mausolées soufis de la ville millénaire de Tombouctou.

Si l’autodafé du mois dernier avait scandalisé l’opinion internationale, ce pillage du patrimoine universel a fait réagir l’UNESCO qui a demandé en urgence une réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU.