C'était le 2 février 2013. Sur un stand de tir de Glen Rose, au Texas, un ancien Marine répondant au nom d'Eddie Ray Routh s'exerce en compagnie de Chris Kyle et son ami Chad Littlefield. Tout le monde connaît la réputation de « la légende ». Celui qui aurait tué plus de 255 ennemis en Irak. Eddie, qui souffre de syndrome de stress post-traumatique, fait d'ailleurs partie des personnes aidées par Chris Kyle. Sa fondation a en effet pour but de venir en aide aux anciens soldats malades au retour des combats. C'est dans ce cadre que le tireur d'élite emmène Eddie Ray Routh au stand de tir. C'est également dans ce cadre qu'Eddie Ray Routh tire dans le dos de son mentor et de celui de Chad Littlefield.

Eddie Ray Routh était un Marine passé par l'Irak et Haïti. À son retour, le jeune homme est au chômage et adopte un comportement de plus en plus inquiétant. Sa mère, Jodi, l'envoie à l'hôpital psychiatrique. Les médecins ont alors décidé de libérer Eddie contre l'avis de la famille. L'ancien Marine enchaîne alors les infractions et menace de se suicider voire de tuer des parents à plusieurs reprises. Au courant de la réputation de Chris Kyle et de sa fondation, Jodi demande à « la légende » d'aider son fils. La suite, on la connaît. Les corps de Kyle et Littlefield sont retrouvés criblés de balles. Et Eddie avoue les meurtres après une course-poursuite avec la police.

Aujourd'hui, le procès d'Eddie Ray Routh anime la « capitale mondiale des cow-boys », Stephenville (Texas). Ses avocats devraient plaider la démence. Hasard du calendrier, au même moment, « #American sniper » pourrait connaître un gros succès dans les salles françaises.