Trois étudiants musulmans ont été assassinés dans la nuit de mardi à mercredi 11 février, par un homme de 46 ans sur le campus de Chapel hill en Caroline du Nord, aux #Etats-Unis. Suite à ce drame, le hashtag #Muslimlivesmatter a bombardé les réseaux sociaux dans le monde, principalement pour protester la faible couverture de la tuerie par les médias américains. La communauté musulmane s'émeut et demande que la vérité soit dévoilée.

Le tireur présumé a été identifié par les forces de l'ordre. Un homme en fin de quarantaine, Craig Stephen Hicks. Il a été incarcéré à la prison du comté de Durham. A l'heure actuelle, aucune explication n'a été donnée sur les raisons qui ont poussé l'individu a commettre ces crimes.

Publicité
Publicité

Les trois victimes de ce drame ont, elles aussi, été identifiées. Trois jeunes étudiants faisant partie de la même famille; Deah Shaddy Barakat âgé de 23 ans, sa femme Yusor Abu-sulha âgée de 21 ans, et sa sœur Razen Abu-sulha âgée de 19 ans, selon un journal américain. Barakat était un étudiant en deuxième année de faculté dentaire et sa femme, Yusor, comptait commencer son cursus dans la même spécialité à la prochaine rentrée scolaire.

Le tireur s'est rendu à la police de lui-même avant d'être placé en détention après la fusillade perpétrée près du campus de la célèbre université de North Carolina.

Graig Stephan Hicks s'affiche sur sa page Facebook comme un homme antireligieux. Selon l'un de ses commentaires sur les croyances religieuses, « étant donné les énormes dégâts que votre religion a faits dans ce monde, je dirais que j'ai le droit et aussi le devoir de l'insulter », écrit-il en visant les religions dans leur ensemble sans viser une en particulier, en se définissant comme fier d'être athée.

Publicité

Une page Facebook, nommée « Our three winners », a été créée en mémoire des trois victimes. Sur la page, on voit la photo des trois victimes souriantes. Elle aurait été prise lors d'une cérémonie de remise de diplôme. Yusor et sa sœur portent un foulard sur la photo, et l'une des sœurs porte également un chapeau traditionnel de diplômé.

La police locale précise qu'il n'y a plus de danger pour le public. #Islam #Terrorisme