Au #Mexique, un jeune étudiant âgé de 17 ans, Eduardo Gomez, a été retrouvé mort suite à un kidnapping qui avait été orchestré via le réseau social #Facebook.

Si les médias sociaux sont merveilleux pour bon nombre d'utilisateurs, leurs grandes libertés sont aussi leur grand défaut. Les personnes mal-intentionnées peuvent les utiliser à très mauvais escient, à l'instar de plusieurs groupes mexicains qui organisent des kidnappings afin de soumettre les familles au chantage. Le jeune Eduardo Gomez en a été victime.

Une procédure bien huilée

Une femme, nommée Veronica Alejandra Martinez, avait créé une page Facebook avec un alias avant de séduire le jeune homme sur Internet.

Publicité
Publicité

Eduardo Gomez a cru en cette histoire, mais Veronica Alejandra Martinez n'était autre que la femme d'un chef de gang qui s'affaire à extorquer de l'argent via des enlèvements. C'est ainsi que l'étudiant a été séquestré pendant cinq jours avant d'être retrouvé mort.

Les parents de la victime avaient déclaré la disparition de leur fils aux autorités, mais face à l'inactivité de la police, ils ont décidé de prendre en main les recherches. Avec l'aide d'un expert en informatique, ils ont piraté le compte Facebook d'Eduardo et c'est ainsi qu'ils ont découvert la rencontre secrète préparée par Veronica Alejandra Martinez à une station de métro. Le corps a été retrouvé avec des marques de strangulation dans une petite montagne, près de Mexico.

Les parents d'Eduardo avaient pourtant payé une partie de la rançon demandée contre la vie de leur fils sans avoir été prévenus de sa mort.

Publicité

Un outil "trop" accessible ?

Auparavant, les téléphones cellulaires étaient très utilisés pour les demandes de rançon. Maintenant, à l'heure de Twitter et Facebook, les criminels ont adapté leurs tactiques. Les réseaux sociaux facilitent leur travail.

Les autorités fédérales mexicaines auraient découvert ce modus operandi récurrent. Sous un alias fictif, la femme fait de belles promesses et les jeunes hommes se laissent tenter. Mais au moment de se rencontrer, les vilains apparaissent.

Aujourd'hui, Veronica Alejandra Martinez et son mari, Víctor Hugo Martinez, ont été arrêtés. Ils sont derrière les barreaux avec leur cousin.