« C'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Kayla Jean Mueller", a indiqué le président américain dans un communiqué. Le décès de Kayla Mueller, une jeune femme américano-libanaise de 26 ans, est intervenu en Syrie. Pays dans lequel elle était retenue en captivité par l'#Etat Islamique depuis août 2013. Ce sont d'ailleurs les djihadistes eux-mêmes qui ont contacté la famille de la jeune femme pour leur annoncer (ou plutôt confirmer ?) sa mort.

Et bien que les circonstances de ce décès soient encore floues, Barack Obama, le président américain n'a pas tardé à réagir, affirmant que : «Peu importe le temps que cela prendra, les #Etats-Unis retrouveront et traduiront en justice les terroristes responsables de la captivité et de la mort de Kayla».

John Kerry, le secrétaire d'Etat américain, a pour sa part revendiqué que : « l'Etat islamique, et l'Etat islamique seul, est responsable de la mort de Kayla Mueller ».

Morte au nom de la propagande islamique ?

Enlevée le 3 aout 2013 à Alep en Syrie, Kayla Mueller était une personne dévouée aux autres.

Publicité
Publicité

Et c'est le moins que l'on puisse dire. Déjà engagée dans des missions humanitaires au Darfour, en Inde et dans les territoires palestiniens, la jeune diplômée de l'université d'Arizona du Nord travaillait également pour l'ONG Support to Life. Elle s'occupait alors de jeunes enfants et de familles syriennes déchirées par la guerre. Et c'est dans le cadre de cette ONG qu'elle s'est rendue à Alep, théâtre de son enlèvement…

Un an et demi après cet enlèvement, la jeune femme est désormais annoncée morte. Un décès qui avait été communiqué par Daesh dès ce vendredi sans qu'aucune preuve ne soit avancée. Selon les djihadistes islamistes, la jeune femme serait décédée des suites des bombardements perpétrés par l'armée jordanienne dans la région de Rakka.

Des explications qui ont été immédiatement balayées par le gouvernement jordanien. « Ce n'est pas logique. Comment peuvent-ils identifier un avion jordanien d'aussi loin ? Qu'est-ce que l'Américaine faisait dans un dépôt d'armes ? Cela fait partie de leur propagande criminelle», a affirmé le ministre jordanien des Affaires étrangères, Nasser Joudeh.

Publicité

Des doutes sérieux entachent les explications des djihadistes qui, sévèrement touchés par les bombardements jordaniens, auraient alors pu orchestrer la mort de leur otage pour retourner la situation à leur avantage.

Nul doute que la Maison Blanche mettra tout en œuvre pour déterminer les causes exactes de ce décès.

La réaction de François Hollande

Le président français à lui aussi rapidement réagit suite à la confirmation du décès de Kayla Mueller. Réaffirmant par ailleurs le soutien inconditionnel de la France aux Etats-Unis, François Hollande s'est montré profondément indigné dans un communiqué publié par l'Elysée.

"La France est solidaire des Etats-Unis dans cette nouvelle épreuve. Nos deux pays continueront de travailler ensemble pour la paix au Moyen-Orient et de lutter contre les groupes terroristes"

Suite à l’annonce de ce décès, la famille de Kayla Mueller a dévoilé une lettre écrite par la jeune femme durant sa captivité.

Signalons enfin que si Kayla Mueller était le dernier otage américain connu privé de liberté par l’Etat islamique, trois autres otages américains ont été tués dernièrement par l’Etat islamique. Par décapitation. Il s’agissait de James Foley, de Steven Sotloff et de Peter Kassig…