Dans un document intitulé « Femmes de l'#Etat Islamique : manifeste et étude de cas », la brigade féminine Al-Khansa donne une idée assez précise de ce qui attend les demoiselles occidentales qui, naïves ou inconscientes, tenteraient de rejoindre l'EI. Ce texte vient d'être traduit en anglais par Quillian, un think tank anti-islamique.

Selon l'EI, les Occidentaux, qualifiés d'infidèles, ont échoué dans le modèle de société qu'ils ont créé dès l'instant où les femmes ont été libérées. A leurs côtés, même si certaines femmes peuvent être combattantes ou policières, pour la grande majorité, ce que l'on attend d'elles c'est : « la sédentarité, le calme et la stabilité ». L'aventure telle qu'on la fait miroiter aux yeux des Occidentales est le royaume des hommes.

Les non-croyantes sont, quant à elles, réduites au rôle d'esclaves sexuelles. Le repos des guerriers en quelque sorte. L'EI estime légitime pour une fille de se marier à l'âge de 9 ans. Seules les filles les plus « pures » pourront l'être à 16 ou 17 ans. Ils s'appuient sur le fait que dans le Coran, la sourate intitulée « Le Divorce », versets 1 à 4, est rédigée comme suit : "Quand vous répudiez les femmes, répudiez les conformément à leur attente prescrite, si vous avez des doutes à propos de vos femmes qui n'espèrent plus avoir de règles, leur délais est de trois mois. De même pour celles qui n'ont pas encore de règles la période sera de trois mois".

Rappelons qu'en #Arabie Saoudite, les femmes ne peuvent circuler librement. En effet, elles ont un gardien (leur père, un frère, voire un fils), en cas de veuvage, qui les accompagne.

Elles ne sont pas considérées comme dignes de faire du sport, il n'y a donc pas de cours d'éducation physique dans les écoles. Un dignitaire religieux a expliqué au journal Le Monde que faire du sport mène à l'immoralité car ce sont « les pas du diable ». Pourtant, la Charte Olympique signée par l'Arabie Saoudite proclame que le sport est un droit universel.

15% des femmes ont un emploi rémunéré dans l'industrie ou les services et 24% utilisent des méthodes contraceptives. Elles ne votent pas et n'ont pas la possibilité de gouverner. Même si l'Arabie Saoudite a ratifié la convention sur l'élimination des discriminations à l'égard des femmes, elle a émis de sérieuses réserves : « En cas de contradictions entre les termes de la convention et les normes du droit islamique, le Royaume n'est pas tenu de respecter les termes contradictoires de la convention ».

Quand on pense que, la femme d'Amedy Coulibaly, Hayat Boumeddienne, dans une interview accordée au magazine islamique Dar Al Islam s'est réjouit d'avoir rejoint « une terre régie par les lois d'Allah » et qu'elle incite ses « soeurs » musulmanes à être des bases arrières sûres pour leurs maris, frères, pères et fils, on se dit que, décidément, on ne vit pas dans le même monde ! #Djihad