Maaz Al-Kassasbeh, pilote de l'armée de l'air en Jordanie, aurait été tué il y a environ un mois. Brûlé vif dans une cage, par le groupuscule djihadiste État islamique. Ce dernier n'a cependant revendiqué ce meurtre qu'hier, mardi 3 février, au travers de la diffusion d'une vidéo montrant la barbarie de cet acte. Amman l'a confirmé, il s'agit bien du pilote jordanien. La vengeance s'annonçait terrible, et l'a été, à la hauteur de la terreur infligée sans cesse par le groupuscule terroriste.

Le 24 décembre dernier, le pilote jordanien Maaz Al-Kassasbeh menait un raid en Syrie, dans le cadre de la coalition internationale à laquelle la Jordanie participe contre l'État islamique, lorsque son avion a été touché, et lui capturé.

Publicité
Publicité

La télévision officielle de Jordanie a confirmé que l'homme brûlé vif dans la vidéo était bien le pilote jordanien, et qu'en outre, ce supplice datait du 3 janvier, soit, il y a un mois jour pour jour.

La Jordanie s'est vengée…

"La vengeance sera proportionnelle à cet acte horrible qui a frappé tous les citoyens jordaniens", avait promis le général Mamdouh Al-Amiri, porte-parole de l'armée jordanienne. Et la réaction fut sans pitié…

La Jordanie a ainsi exécuté deux djihadistes: une Irakienne détenue au sein du pays et dont l'EI réclamait la libération (en échange de la vie sauve du pilote jordanien), Sajida Al-Richaoui, et un Irakien responsable d'Al-Qaïda, Ziad Karbouli. Tous deux furent pendus, à l'aube de ce mercredi 4 février.

Sajida Al-Richaoui avait été condamnée à mort par la Jordanie, pour avoir participé à des attentats meurtriers en 2005, ayant faits une soixantaine de morts.

Publicité

L'État islamique souhaitait sa libération, et la réclamait depuis quelques jours en échange, notamment, de la vie du pilote. Mais la Jordanie voulait d'abord avoir la preuve que celui-ci était effectivement toujours vivant. Visiblement, ce dernier était déjà mort depuis quelques semaines…

La barbarie de l'État islamique

L'État islamique commet de nombreuses exactions quotidiennement. En effet, les djihadistes violent, égorgent, crucifient, et torturent. Le groupe confirme donc sa barbarie en exécutant, une fois de plus, un otage. Cette fois cependant, ils franchissent un nouveau cap, en brûlant vif l'homme dans une cage.

Cette vidéo du pilote jordanien est diffusée au lendemain de l'exécution du second otage japonais, le journaliste Kenji Goto. Acte que la Jordanie avait vivement condamné, affirmant sa volonté de tout faire pour libérer son pilote… Seulement, il était déjà trop tard. #Etat Islamique #Jihad