Ils avaient déjà tué des enfants au simple prétexte qu'ils avaient osé regardé un match de foot... Ils avaient déjà décapité deux japonais et brûlé vif un pilote jordanien....

Il ne se passe pas un jour sans que Daesh ne s'enfonce dans l'horreur absolue.

Le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies dénonce les exactions de l'EI vis à vis des enfants irakiens. C'est Renate Winter, l'un des 18 experts indépendants, qui tire la sonnette d'alarme et son constat est accablant : en Irak, l'EI recrute des enfants y compris des handicapés mentaux pour en faire des combattants et des kamikazes. Il les utilise également comme informateurs et boucliers humains pour éviter les bombardements de cibles stratégiques.

Publicité
Publicité

Mais ce n'est pas tout...

Il les utilise comme esclaves sexuels pour le repos des guerriers. L'EI va même jusqu'à les crucifier ou les enterrer vivants ou encore les décapiter.

Une vidéo diffusée sur Internet montre des enfants d'environ huit ans qui sont entraînés pour devenir des enfants soldats; les enfants des minorités yazidies et chrétiennes sont particulièrement visés. Capturés par Daesh, ils sont vendus comme esclaves sur les marchés. On cite le cas de fillettes de onze ans... Violées, elles sont ensuite mariées de force car une loi « scélérate » permet au violeur pour éviter les poursuites judiciaires, d'épouser la violée ; ainsi elle ne subit pas les représailles de sa famille.

Que peuvent faire les autorités de Bagdad ou Damas? Aux dires du comité des droits de l'enfant, pas grand chose .

Publicité

Peut-on imaginer un instant les traumatismes subi par celles et ceux qui survivront ?

La Jordanie en représailles a exécuté deux terroristes dont une femme auteurs d'attentats meurtriers. Jusqu'où s'arrêtera l'escalade ? Va-t-on en revenir à la loi du talion : oeil pour oeil, dent pour dent ? Le pire est que apparemment ce sont les combattants venus de l'étranger qui sont les plus extrémistes, les plus barbares !

On s'offusque de la cruauté de l'EI et pourtant, il y a soixante-dix ans, on avait vécu des exactions du même ordre. Certes, on n'enterrait pas les enfants vivants, on ne les crucifiait pas, mais on les brûlait car il n'appartenait pas à la « bonne race ». Les petits Irakiens, eux, n'appartiennent pas à la « bonne religion ».



#Etat Islamique #Djihad