Le jeune blogueur et activiste Raïf Badawi, qui vient d'être nominé pour le prix Nobel de la paix 2015, voit sa cause être renvoyée devant le tribunal criminel saoudien. Les implications de ce dénouement sont toujours inconnues des autorités. Il devrait, à moins de changements, toujours être soumis aux flagellations sanctionnées par sa condamnation ce vendredi.

Les premières informations qui ont coulé le 4 février faisaient état d'un renvoi à la Cour d'appel. Elles étaient erronées. Néanmoins, il est très difficile de savoir comment le renvoi de sa cause au niveau criminel l'affectera.

Il faut rappeler que le 9 janvier dernier, le jeune homme avait été victime des 50 premiers coups de fouet sur les 1000 planifiés. Depuis, les séances ont été retardées en raison d'un état physique le rendant trop faible pour les subir.

Publicité
Publicité

Les lacérations de la flagellation sont importantes et coupe la peau avec de haut danger d'infection pour les plaies.

Demain, la procédure sera suivie une autre fois à moins d'un revirement de situation. « Il ira consulter le médecin et ce dernier décidera s'il est ou non apte à subir sa sentence », expliquait Mireille Elchacar d'Amnesty International en compagnie de la femme du blogueur à Sherbrooke au Canada.

L'annonce du renvoi à la cour pénale n'est pas un signe porteur d'espoir pour l'organisme de défense des droits humains. « La dernière fois que sa cause est allée devant le tribunal pénal, sa sentence est passée de 600 à 1000 coups de fouet, et de 7 à 10 ans de prison », affirmait Mme Elchacar. Ce n'est en rien pour rassurer la famille de M. Badawi.

En décembre dernier, la roi Abdallah avait demandé à la Cour suprême d'examiner la cause de Raïf Badawi avant de mourir.

Publicité

C'est cette demande qui mène au renvoi devant le tribunal criminel. Tous les proches espèrent voir un nouveau procès, mais ils n'ont aucune certitude. La bonne chose pour eux est que le nouveau monarque d'#Arabie Saoudite procède à des grâces en ce moment. Mais comme l'amende de Raïf Badawei est plus élevée que les 300.000 riyals, son nom n'est pas dans la liste du roi. Ainsi, la femme de Raïf Badawi espère sans aucune garantie... l'espoir, c'est tout ce qui lui reste.