La peste est endémique à Madagascar. Elle a tué plus de 70 personnes depuis septembre sur l'île située dans l'océan Indien. Plus de 263 cas ont été recensés. À l'heure où tout le monde parle d'Ebola, l'Organisation mondiale de la Santé avertit de ne pas oublier les autres virus mortels qui brisent autant de familles ailleurs dans le monde.

Chaque année depuis 1980, la peste revient à Madagascar de manière cyclique. L'un des derniers paradis naturels de la planète est cette année fortement affecté en raison des fortes pluies connues en décembre et en janvier. Dans la région centrale du pays, des cas de peste pulmonaire ont été détectés.

Publicité
Publicité

Principalement localisée dans les villages, la peste n'affecte pas les touristes qui se maintiennent dans les régions urbaines. Mais au cours des trois dernières années, les cas augmentent annuellement.

Madagascar est le pays le plus touché par cette maladie dans le monde. La saison des pluies est sur le point d'arriver et les nombreux cas détectés en janvier font redouter la propagation du virus en raison des mauvaises conditions liées à la recrudescence des eaux.

Selon l'OMS, « le virus pourrait être présent jusqu'en avril ».

La tempête tropicale qui s'est abattue sur le pays en janvier avait tué de nombreuses personnes et avait élevé le niveau d'eau des rizières. Les conditions sanitaires sont donc périlleuses et les risques sont élevés. Surtout que la peste a été détectée à 13 reprises dans les bidonvilles entourant la capitale Antananarivo.

Publicité

Il ne faudrait pas que la maladie s'attaque à la population de la capitale. Ce serait catastrophique car le virus se propage par la toux lorsqu'il atteint les poumons chez une personne. À cette étape, il est cruel. Il suffit de 24 heures pour en mourir. Détecté à sa phase bubonique, le virus peut être traité par l'administration d'antibiotiques.

Dans tous les cas, l'Organisation mondiale de la Santé avertit les autorités malgaches d'être prêtes pour le pire si la peste stagne dans le pays quelques mois encore. #Afrique