La présidente de l'Argentine se trouve en eaux troubles et son avenir en tant que dirigeante est très incertain. Le procureur général du pays a ouvert une enquête suite à des allégations d'entrave à la #Justice. Les accusations sont fortes: avoir couvert des dirigeants iraniens et avoir commandité un attentat antisémiste à Buenos Aires en 1994. Ces accusations avaient été formulées par le procureur Alberto Nisman avant sa mort toujours nébuleuse.

L'attentat qui avait fait 85 morts et plus de 300 blessés contre la mutuelle juive AMIA en 1994 n'a toujours pas été élucidé 20 ans plus tard. Avant Mme Kirchner, un ancien président, Carlos Menem avait été accusé d'entrave à la justice spécifiquement pour ce cas.

Alberto Nisman aurait eu des preuves que le groupe libanais Hezbollah aurait fait exploser l'édifice de l'AMIA et les autorités auraient couvert certains dirigeants. Celui qui a remplacé Nisman, Gerardo Pollicita a déposé des accusations contre Cristina Kirchner et son ministre des Affaires étrangères, Hector Timerman. Il possède un dossier étoffé de plus de 300 pages pour prouver ses accusations.

Alberto Nisman, une mort tragique 

La veille de se présenter devant le parlement argentin, le procureur Alberto Nisman a mystérieusement été retrouvé mort dans sa chambre. Les autorités ont présenté la thèse du suicide, mais personne n'y croit en Argentine. Il était à moins de 24 heures de rendre publiques les conclusions de son enquête qui semblent impliquer la présidente Kirchner dans les attentats de l'AMIA.

La procédure judiciaire contre Cristina Kirchner a peu de chance de se réaliser puisque la présidente a droit à l'immunité et, avec la majorité qu'elle possède au Congrès, les chances qu'elle soit levée sont extrêmement faibles.

Néanmoins, le peuple a perdu confiance en sa présidente. L'enquête sur la mutuelle juive a été remplie d'irrégularités depuis les premiers jours. Elle est maintenant un symbole du manque de transparence du gouvernement pour les Argentains. Plusieurs sont inquiets des répercussions que la mort d'Alberto Nisman et le dossier qu'il avait monté auront sur l'opinion publique. Cependant, justement, le public risque de connaître la vérité! C'est cela l'important! #Loi