Abercrombie & Fitch (A&F), la marque branchée de prêt à porter est actuellement au cœur d'un procès aux #Etats-Unis. Un procès qui risque de faire beaucoup de bruit. Les faits qui sont reprochés à l'enseigne de la côte Est américaine remontent à 2008. A&F aurait refusé de recruter une jeune femme qui portait le voile lors de son entretien d'embauche. Bref, le juge devra trancher si oui ou non : « A&F aurait-elle fait preuve de discrimination religieuse à l'embauche ? »

Alors qu'en théorie la question centrale de ce procès n'apparaît pas tellement compliquée, son déroulement pratique lui est beaucoup moins évident.

Rappelons qu'aux Etats-Unis, ce type de discrimination est interdit sauf si « l'employeur ne peut aménager raisonnablement son activité pour être conforme à telle ou telle religion ».

L'entretien qui pose question

En 2008, Samantha Elauf se rend chez A&F pour se présenter à un entretien d'embauche.

Publicité
Publicité

La jeune femme espère décrocher un poste de vendeuse au sein de l'enseigne réputée pour ses vendeurs et vendeuses sexy.

L'entretien se passe bien et sa candidature est acceptée par le recruteur. Mais très rapidement, le supérieur hiérarchique intervient et décide finalement de refuser que la jeune femme intègre le personnel du magasin.

Officiellement, Samantha Elauf, qui portait un foulard noir lors de son entretien ne s'intégrerait pas de manière adéquate avec le style Abercrombie. Celui des «vendeurs sexy et des vendeuses au décolleté plongeant engagés pour appâter le client tout en étant représentatif du style BCBG des lycéens classiques de la côte Est aux Etats-Unis ». Un style dans lequel les chapeaux sont proscrits, tout comme la couleur noire. Par contre aucune règle n'interdit le port du foulard.

Publicité

Outrée par ce refus, la jeune femme décide alors de porter plainte pour discrimination religieuse à l'embauche. Aidée dans sa démarche par l'Agence Fédérale pour l'Egalité devant l'Emploi (EEOC), Samantha Elauf est également soutenue par un grand nombre d'organisations religieuses.

De multiples rebondissements

Obtenant dans un premier temps gain de cause en première instance, la jeune femme est ensuite déboutée en Appel. Mais ce mercredi, le procès a connu un nouveau rebondissement. Explications.

La Cour avait expliqué sa première décision en insistant le fait qu'à aucun moment la jeune femme n'avait fait mention de sa confession religieuse. Ni sur son CV, ni pendant l'entretien d'embauche. De plus, Samantha Elauf n'avait pas non plus demandé si oui ou non le voile s'accommodait avec le dress code d'A&F. De ce fait, la loi fédérale qui interdit entre autres la discrimination religieuse à l'emploi ne pouvait s'appliquer dans le cas de la jeune femme.

Mais ce mercredi, la majorité des neufs juges ont soulevé un fait important pour eux, qui pourrait pencher en faveur de la jeune femme.

Publicité

Ces derniers soulignent qu'A&F ne pouvait ignorer que Samantha était de confession musulmane. Et ce même si la jeune femme ne l'avait pas explicité clairement.

Une décision pas si simple que ça ...

Une position qui relance la thèse de la discrimination religieuse à l'embauche. « La raison pour laquelle vous l'avez refusée était parce que vous supposiez qu'elle allait le faire chaque jour. Et la seule raison pour laquelle elle le ferait serait religieuse » a ainsi déclaré le juge Samuel Alito à l'avocat défendant la marque de vêtements.

Ce à quoi Abercrombie & Fitch a répliqué en expliquant qu'il serait dangereux pour chaque employeur de se renseigner sur ces possibles futurs travailleurs. Car si de telles démarches auraient permis à A&F de connaitre la confession religieuse de la jeune femme, elles induisent un comportement qui pourrait lui aussi être taxé de discriminant.

John Roberts, un juge conservateur s'inquiétait également qu'un tel système de reconnaissance puisse devenir monnaie courant au sein des employeurs. Une pratique qui selon lui : « pourrait promouvoir des stéréotypes de façon encore plus prononcée ».

Bref, comme annoncé, la décision finale de la Cour suprême s'annonce plutôt compliquée. Elle ne devrait être communiquée qu'en juin prochain…