Lors de la diffusion d'Envoyé spécial, jeudi 12 février, les journalistes ont rencontré Mike German un ancien agent du FBI qui a démissionné en 2014, après 25 ans de service. Le FBI "monterait", des complots de toutes pièces aux États-Unis.

Selon lui, après les attentats du 11 septembre 2001 et l'intensification de la lutte antiterroriste, l'agence infiltrerait les milieux musulmans et manipulerait certains éléments, pour constituer des groupes destinés à commettre des actions violentes. Ils vont même jusqu'à financer, fournir des plans, de l'armement, des objectifs. Le kit du parfait attentat clefs en main, en quelque sorte! 

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a déjà dénoncé de telles pratiques, dans un rapport de plus de 200 pages, publié le 21 juillet 2014. Le FBI qui, maintenant, bénéficie d'un budget de 3 milliards de dollars, est un peu «coincé» par une obligation de résultat, faute de quoi son budget sera revu à la baisse... En l'absence de cas réels de #Terrorisme, en fabriquer devient nécessaire pour un contrôle complet. De ce fait, la réussite des futurs enquêtes est plus envisageable.

Selon HRW, la cible parfaite sont les gens vulnérables, souffrant de troubles mentaux. Probablement plus faciles à embrigader. Mike German déclare réitéré : "ses inquiétudes face aux excès du FBI en matière d'anti-terrorisme , violant à la fois la vie privée et les libertés civiques. Mais ne sont pas efficaces contre les vraies menaces." 

Alors, le FBI dans l'oeil du cyclone ? Probablement pas. Le dossier du terrorisme est trop sensible en ce moment pour espérer y faire la lumière, les autorités réfutant forcément les accusations. Ceux qui en pâtissent sont les musulmans. Montrés du doigt depuis les évènements du 11 septembre, ils sont inquiets de la tournure des choses.  #Etats-Unis #Etat Islamique

Si en 2010, la communauté musulmane comptait, 2, 6 millions personnes, seuls 150 Américains seraient dans les combattants étrangers présents en Syrie et Irak, au côté de l'État islamique. Comme quoi, il ne serait pas si radicalisés que cela...Ou sont trop loin du théâtre des opérations ?