Après plusieurs mois, des familles des 43 disparus d'Ayotzinapa, une école de la ville d'Iguala au #Mexique, étaient à l'audition du Mexique devant le Comité des disparitions forcées de l'ONU à Genève le 2 février dernier. Les autorités mexicaines prétendent avoir trouvé les corps des 43 élèves bien qu'elles ne puissent les identifier.

Plusieurs parents et proches des victimes, ainsi que des ONG ont été reçus par les membres du Comité lors d'un entretien à huis clos. Les dix experts ont écouté leurs préoccupations. Leur demande principale est de forcer le gouvernement mexicain à continuer les recherches des disparus.

Publicité
Publicité

Les autorités mexicaines se sont expliquées hier et le font aujourd'hui en lien avec le cas d'Ayotzinapa. C'est la première fois depuis la ratification par ce dernier de la Convention sur les disparitions forcées en 2010 qu'il est appelé à se justifier.

Même si les parents ne croient pas les autorités, le gouvernement mexicain pense fermement avoir retrouvé les restes de corps calcinés. Selon eux, ils peuvent recréer le fil des événements survenus en septembre dernier jusqu'à la mort des étudiants. Néanmoins, la majorité des experts mentionnent que les preuves sont seulement circonstancielles. La majorité du peuple mexicain appuie les parents. Peu de gens croient en la version officielle. La cynisme envers les politiciens est très fort au Mexique.

D'ailleurs, plusieurs ONG ont critiqué vivement Enrique Peña Nieto et son gouvernement.

Publicité

Human Rights Watch, Amnesty International, entre autres, ont indiqué vouloir croire la versions officielle, mais que les témoignages obtenus sous la torture et les pressions tacites rendent les témoins peu crédibles.

Juan Manuel Gómez Robledo, sous-secrétaire aux Affaires multilatérales et aux droits de l'homme au ministère des Affaires étrangères mexicaines, a déclraré qu'il était devant le Comité pour « rendre des comptes quant à la mise en œuvre de la Convention et que le cas d'Ayotzinapa démontre l'importance de continuer à combattre la pauvreté et la corruption au Mexique ».