Le mouton est "doux et gentil" et vit en "paix avec ses pairs". Dans son message adressé à la population de Hong Kong, à l'occasion de son discours pour le Nouvel An chinois, Leung Chun-ying, chef de l'exécutif, a appelé les Hongkongais à prendre exemple sur le "caractère du mouton", faisant référence au signe astrologique du Yang (qui veut dire chèvre, mais aussi mouton en chinois) : "L'année dernière n'a pas été de tout repos pour Hong Kong. Notre société a connu bien des divergences et des conflits. Pour l'année à venir, j'espère que tous les habitants de Hongkong puiseront inspiration dans le caractère du mouton et se rassembleront, dans un esprit de concorde, pour travailler à l'avenir de Hong Kong", a-t-il ainsi déclaré.

Publicité
Publicité

La Révolution des Parapluies

Leung Chun-ying fait référence à la mobilisation, à l'automne 2014, de plusieurs milliers de manifestants opposés à l'ingérence de Pékin dans les affaires de Hong Kong. Motif de leur colère : la décision de la #Chine d'interdire l'instauration du suffrage universel direct pour l'élection du chef de l'exécutif en 2017. En clair, Pékin a décidé de garder un contrôle total sur sa région administrative spéciale, malgré une relative autonomie depuis son rattachement à la Chine en 1997 (auparavant, Hong Kong était une colonie britannique). Les manifestants ont ainsi fait le siège des administrations gouvernementales et paralysé le pays en investissant les routes et les carrefours pendant plusieurs semaines. Avant de lever le blocage le 11 décembre, sans avoir obtenu gain de cause auprès des autorités.

Publicité

Face aux gaz lacrymogènes utilisés pour les disperser au plus fort de cette mobilisation qui a duré 75 jours, les manifestants, principalement des étudiants, ont utilisé des parapluies, jaunes pour la plupart, pour se protéger, donnant ainsi au mouvement son nom de Révolution des Parapluies.

Vers un renouveau de la mobilisation ?

Malgré l'essoufflement du mouvement, les parapluies jaunes sont redescendus dans les rues au début du mois de février. Toujours avec les mêmes messages et les mêmes revendications. Et les réactions des militants pro-démocratie ne se sont pas faites attendre après la sortie de Leung Chun-ying : "Entendre Leung prêcher pour plus de paix est un peu ironique parce que de nombreuses personnes le voient comme le responsable de beaucoup de conflits à Hong Kong", a ainsi souligné Ma Ngok, politologue, au South China Morning Post. Avant d'ajouter : "On dirait qu'il veut que les gens suivent aveuglement ce qu'il fait comme des moutons suivent leur berger." Pendant les célébrations du Nouvel An chinois et les jours qui ont précédé la fête, certains s'en sont même pris aux visiteurs chinois venus profiter du système détaxé de Hong Kong et faire du shopping. Le signe, peut-être, que la consigne de Leung Chun-ying, que ses détracteurs comparent d'ailleurs ironiquement à un "loup" ne sera pas respectée.