En ce 11 février 2015, les présidents français, russe, allemand et ukrainien sont réunis dans la capitale biélorusse cinq mois après le protocole de Minsk signé en septembre dernier. Ce soir se tient un sommet visant à en finir avec les tensions qui déchirent l'#Ukraine. Ainsi, cela fait aujourd'hui presque un an et demi que la crise ukrainienne a démarré.  

Ce sommet est extrêmement délicat puisqu'il s'inscrit dans le protocole de Minsk qui a lui-même  échoué. Ce sommet pourrait donc paraître inutile et stérile pour les plus pessimistes d'entre nous. Néanmoins, la crise a pris de l'ampleur, à tel point que cette fois, la France et l'Allemagne sont de la partie et comptent bien peser de tout leurs poids pour faire pencher la balance vers un accord de Paix.

Cela peut être salvateur, car dans une époque où Barack Obama subi la pression des républicains pour armer les Ukrainiens, les deux grandes puissances du Vieux Continent ont affirmé leurs refus d'armer l'Ukraine. En effet, François Hollande a rappelé à quel point le soutien en armes pourrait être dangereux non seulement pour l'Ukraine mais à terme pour l'Europe entière. Ainsi ce retour à Minsk s'orientera sur des points cruciaux non-respectés du protocole de 2014.

Parmi les pierres d'achoppements, figure la reconnaissance du gain de territoires par l'armée pro-russe séparatiste.

Publicité
Publicité

Par ailleurs, les pro-russes et la Russie demandent à l'Ukraine de reconnaître les dirigeants élus par les pro russes plutôt que ceux désignés par Kiev. 

Enfin, un point plutôt tabou bien que dans toutes les pensées est la potentielle adhésion de l'Ukraine à l'Europe et à l'OTAN, fait qui, s'il voyait jour, pourrait refroidir la Russie sur un accord de paix. #Vladimir Poutine