Au cours de la semaine, des photos de classes ont circulé sur Internet sur lesquelles des groupes d'une école primaire ont été pris en photo avec des lance-grenades et des fusils d'assaut de type AK-47. Comment peut-on laisser des enfants être pris en photo avec des armes automatiques? Je comprends que #Vladimir Poutine veuille prendre le contrôle de l'Ukraine, mais sommes-nous de retour au régime communiste? Il faut se poser cette question quand des enfants posent fièrement avec des armes d'assaut dans le contexte d'une « classe de patriotisme ».

Les organisateurs de ce cours affirment que « le maniement des armes devrait faire partie de l'éducation des écoliers russes ».

Publicité
Publicité

Des enfants âgés de 5 et 6 ans sont montrés avec les armes dans un gymnase d'une école. Certains portent même des bérets et des casques militaires.

« Pour quelles raisons un jeune garçon ou une jeune fille n'aurait-il pas le droit d'avoir une arme?», a questionné Iouri Dorojinski, responsable adjoint de l'Étoile rouge, un organisme d'histoire militaire qui aide à organiser la « classe patriotique » en offrant des répliques d'armes. Il a insisté sur le fait que « la classe était organisée pour la Journée des défenseurs de la Patrie, une célébration de l'époque soviétique fêtée le 23 février ».

Cependant, peut-on questionner le fait que les armes soient associés au patriotisme? Il me semble que les deux ne vont pas de pair nécessairement, mais les Russes ne semblent pas tous d'accord.

Publicité

M. Dorojinski mentionne que « leur enseigner le patriotisme sans leur montrer ce que cela veut dire dans la vraie vie est sans valeur ». 

Avec la crise ukrainienne en toile de fond, plusieurs citoyens russes ont été horrifiés de ces photos. Il est totalement inconcevable de penser que le maniement des armes est une chose patriotique. Le patriotisme se définit par le fait de défendre son pays et non de prendre les armes. Ainsi, avec des guerres à ses frontières, la #Russie doit reconsidérer sa définition du patriotisme avant de voir l'époque des années 70 revenir au galop.