Les États-Unis ont menti pour justifier l'invasion de l'Irak en 2003, notamment à l'ONU. Les soi disant preuves étaient fabriquées de toutes pièces. Après l'invasion, aucun stock de munitions chimiques n'a été trouvé. En revanche, une enquête d'octobre dernier, publiée par le New York Times, fait état de milliers de vieilles ogives et obus, récupérés par l'armée. Ces munitions étaient en fait des restes d'un ancien programme irakien, abandonné bien avant 2003.  

La Maison Blanche a gardé secret une bonne partie de ces informations, y compris pour les militaires... Maintenant on voudrait nous faire croire que, finalement, Saddam Hussein avait bel et bien des armes chimiques. Entre 2005 et 2006, la CIA, avec le concours de l'armée, commence à faire des acquisitions en Irak, d'armes présumées chimiques. Afin disent ils d'éviter leur dissémination et qu'elles tombent entre des mains peu scrupuleuses. Le premier achat remonterait à septembre 2004 pour une roquette Borax. Dix-sept ogives auraient été acquises en 2005. Puis différents transferts pour environ 150 têtes de roquettes Borax de 122 millimètres contenant du gaz Sarin... On ne connait pas le montant financier de la transaction.

Un courtier mystère?

Le mystérieux intermédiaire aurait été le seul vendeur. Il était désireux d'écouler son stock, déclare les responsables. Ce personnage "non identifié" les aurait fournies dans un lieu proche de la frontière iranienne. La majeure partie du stock aurait été détruite sur place par des artificiers américains. Seuls quelques échantillons ont été ramenés à Bagdad pour analyse. Peut-être même au États Unis.  

La pureté du gaz sarin était de 13%, ce qui est bien supérieur à la production de 1980, instable et de faible qualité. Celui retrouvé en 2004 n'avait que 4% de concentration. Un rapport interne de la CIA, estimait les têtes Borax plus dangereuses que prévues, pouvant constituer une arme redoutable une fois mise dans les mains de terroristes. Le gaz sarin est l'un des gaz neurotoxiques les plus dangereux, une faible dose sur la peau peut entrainer la mort. Le gros problèmes dans cette affaires est que la grande majorité des gens s'expriment sous couvert de l'anonymat, l'affaire étant toujours classée "top secret" par la CIA.  

D'où proviennent ces têtes Borax ?

Qui est ce mystérieux intermédiaire? D'où vient ce stock? Comment l'avait il? Pourquoi ? Certaines personnes pensent que ce stock était ancien et datait d'avant 1991 et la première guerre du Golfe. D'autres au contraire disent que ce stock devait être dans une seule et même cache. Comme par hasard, l'accent est mis sur les risques potentiels si une organisation terroriste ou des militants radicauz avaient mis la main dessus !  

Mais tout l'équipement de l'EI ne provient-il pas déjà de l'armée irakienne ou des livraisons manquées d'armes aux combattants kurdes? Alors pourquoi  s'inquiéter maintenant? Aujourd'hui, cette affaire parait, pour le moins étrange ! Pourquoi la divulgation dix ans après ? En 2006 elle aurait blanchi le pouvoir en place...  #Etats-Unis #Terrorisme

Qui veut-on dédouaner dans cette opération "révélation"? Bush junior ? Un futur candidat à la Maison Blanche? Le grand show des élections Américaines, il est vrai, va bientôt commencer... Pour les coups tordus la CIA, n'a pas son pareil, alors cette fois -ci, que veut on nous faire avaler ?